Boris Johnson, le roi des dégonflés

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La presse quotidienne revient ce vendredi sur le Brexit et sur la réaction de Boris Johnson qui fait polémique.

Ce matin en Une de vos journaux il y a ceux qui se débinent et ceux qui se bousculent au portillon. La tignasse blonde de Boris Johnson :
Libération : Brexit, Shakespeare en pire.
Le Figaro : primaires : entre Juppé et Sarkozy, le jeu reste ouvert.
L’Opinion : la bidouille fiscale jusqu’au bout. Avec le dessin de Kak. François Hollande, son projet de baisse d’impôts à côté de lui, un diffuseur de fumée entre les mains, et le détecteur au-dessus qui se met à siffler en déclenchant son jet d’eau : "C’est sensible ce truc".

Allez, Le Parisien le proclame : Enfin les vacances !

Du mensonge en politique

Ça sonne comme une revanche. Boris Jonhson, Tartarin celte, roi des dégonflés. Décidément, il n’y a pas de salut en dehors de l’UE ! Pourtant, on trouve dans Le Figaro Magazine, comme dans Marianne, des propositions de réformes, des analyses sur la possibilité d’une Europe démocratique, mais rien n’y fait. Dans Le Figaro, dans Libération, ce sont les commentaires sur les rivalités et les trahisons dans le camp des pro-Brexit. Une nouvelle occasion d’attiser la défiance des électeurs. C’est cette défiance qu’on retrouve dans toutes les pages politiques. Pas seulement à propos de nos voisins. Les éditorialistes commentent aussi l’interview de François Hollande hier dans Les Echos. Dans L’Est Républicain, Philippe Marcacci parle d’annonce ronflante, de formule alambiquée et de jolies tirades. Dans L’Opinion, Nicolas Beytout évoque ces acrobaties fiscales qui n’abusent plus grand monde et ne suffiront pas à racheter le vote des classes moyennes. Mais le dessin de Ranson dans Le Parisien résume, avec un Manuel Valls qui demande au Président "Tu pars où cet été ?", François Hollande répond "Je ne dirais bien à la campagne, mais ce sera forcément surinterprété." C’est si vite fait de surinterpréter.

Complotisme

Défiance est bien le mot. Un débat vient l’illustrer. Dans Libération, des universitaires répondent à une tribune collective qui critiquait il y a quelques jours les initiatives du ministère de l’Education nationale en matière de lutte contre le complotisme, parlant d’injonction à penser droit. Ceux d’aujourd’hui alertent pourtant sur la présence massive des mythes complotistes les plus éculés dans la culture juvénile. Sur le site Slate, un article analyse la complexité du phénomène. D’abord parce que la méfiance ne relève pas de l’inculture. "Un sondage de mai 2006 en atteste: si 20% des sondés croient que le Graal est détenu par une société secrète, 38% s’imaginent qu’il est dissimulé dans des ruines ou grottes au Moyen-Orient (comme dans le film d’Indiana Jones). Or, 52% des hauts revenus et 45% des diplômés des niveaux Master et Doctorat croient en la version de la dissimulation au Proche-Orient, contre 33% des titulaires d’un CAP ou d’un BEP". Le complotisme, nous dit Nicolas Lebourg, révèle les angoisses d’une société face à ses mutations. La Revue des Deux Mondes y consacre un passionnant dossier. De même que, selon Woody Allen, même les paranoïaques ont des ennemis, toute méfiance vis-à-vis de l’opinion commune n’est pas du complotisme, souligne Jacques de Saint Victor. Certes, l’ultra individualisme des sociétés de marché implique une défiance généralisée, mais il y a aussi des mensonges politiques. Les armes de destruction massive en Irak…

Un dirigeant pas ordinaire

Le Figaro dresse le portrait d’un homme qui ne ressemble pas au grand patron habituel. Emmanuel Faber dirige pourtant Danone. Mais 200.000 personnes ont vu cette vidéo de son intervention le 10 juin devant les étudiants d’HEC. Un discours hors norme où il explique qu’il a rencontré dans cette école "des approximations parfois élevées au rang de science, des slogans proférés comme des théorèmes". Et ce qui l’a le plus marqué durant ses trois ans d’études, lâche-t-il, c’est l’annonce brutale de l’internement de son frère en hôpital psychiatrique pour schizophrénie. Une confrontation au langage des fous qui a forgé sa personnalité. "L’enjeu de la globalisation, c’est la justice sociale, dit-il à ces étudiants pleins de certitudes. Vous aurez à surmonter trois maladies principales : le pouvoir, l’argent et la gloire".


C’est ce week-end. La grande boucle démarre et VSD rend hommage au vélo par un florilège des plus belles sorties de cyclistes. "J’ai été dopé à l’insu de mon plein gré" : Virenque. "Il est impossible de tricher pendant ce Tour de France 2001" : Lance Armstrong. Mais la plus belle nous montre la différence entre mensonge et arrangements avec le réel. Raymond Poulidor évoquant Jacques Anquetil et Eddy Merckx vainqueurs du Tour cinq fois chacun : "A nous trois, on a quand même gagné 10 Tours de France". Une leçon pour les politiques en campagne.