À la Une : un peu plus près des étoiles

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Marion Lagardère scrute la presse papier et décrypte l'actualité.

Dans la presse ce matin, un peu plus près des étoiles.

Pas les étoiles du Michelin, même si le palmarès est dans tous vos journaux, mais les autres étoiles, les vraies : celles que visent Elon Musk.
On en parlait à huit heures : le milliardaire américain doit faire décoller ce mardi sa fusée Falcon Heavy, depuis le pas de tir mythique de Cap Canaveral vers l’orbite de Mars.

"Un coup de poker", pour Les Échos.
"Une odyssée" pour Le Monde, et "un vol à haut risque", d’après Le Figaro qui énumère les défis à relever : faire décoller les 1.400 tonnes de la fusée, ne pas détruire le pas de tir sous la pression, et surtout, si le mastodonte atteint bien l’espace, récupérer les trois propulseurs, "les trois cœurs de fusées", écrit Tristan Vey dans Le Figaro, ce qui serait révolutionnaire puisque, jusqu’à présent, on n’a jamais ni recyclé ni réutilisé de propulseurs.

"Une entreprise si périlleuse, écrit le journal, que la société Space X a décidé de ne rien emporter de sérieux dans sa fusée. C’est donc le cabriolet électrique rouge d’Elon Musk lui-même qui a été placé dans la coiffe du lanceur. Au volant, un mannequin en scaphandre, baptisé Starman, en référence à la chanson de David Bowie, l’autoradio serait d’ailleurs censé jouer l’album Space Oddity, dans le cas presque miraculeux où tout se déroulerait comme prévu".

Et sinon "à quoi ça sert ?", demandent finalement Les Échos.
Eh bien à pas grand-chose, si ce n’est "relancer l’exploration spatiale" et accomplir "un exploit, une prouesse technologique"
Un lancement prévu, pour les amateurs de grand spectacle, à 19h30 heure française.

Retour en France, avec cette interrogation très Terre-à-Terre du Parisien : "comment les ministres gèrent leur argent ?"

On connaissait "combien gagne-t-il", mais pas encore "comment gère-t-il". Voilà qui est fait.
Où l’on apprend que Florence Parly, la ministre des Armées, est la meilleure gestionnaire avec un patrimoine immobilier à 4,8 millions, et une épargne de 550.000 euros. Avertissement en revanche pour Gérald Darmanin, "avec seulement 10.000 euros d’épargne" et Agnès Buzyn qui malgré un patrimoine de 2,4 millions et une épargne de 450.000 euros affiche un compte courant à découvert de 13.000 euros !

Et puis, un peu plus loin, toujours dans le Parisien, page 19, enquête sur ces français qui se retrouve pris "dans la spirale du surendettement".

"Nous sommes le 6 du mois, écrit Boris Cassel, une avalanche de prélèvements automatiques déferle sur votre compte. En regardant le solde, l’évidence vous saute aux yeux. Même en mangeant des pâtes tous les jours, vous finirez le mois dans le rouge. Bienvenue dans la vie des 181.000 Français qui ont frappé à la porte de la commission du surendettement en 2017".

Alors qui est "le surendetté" ? Est-il mauvais gestionnaire ?
A-t-il voulu trop consommer ? Eh bien « non, répond le Parisien, "le surendetté est plutôt une personne seule, séparée ou divorcée, à bas revenus ou au chômage et qui, dans 82% des cas, fait face aux dépenses du quotidien" : autrement dit des retards de paiement du loyer, de l’eau, l’électricité, le chauffage.
Bref, conclue le journal, "si l’on prend des crédits aujourd’hui, c’est pour survivre".

Dossier à lire dans le cahier "argent" du Parisien.

Argent toujours : L’Équipe publie le palmarès des salaires de la ligue 1.

24 pages de chiffres plus astronomiques les uns que les autres. Et à lire l’édito de Jérôme Cazadieu, mener l’enquête ne fut pas simple, "nos reporters, dit-il, se heurtant à une volonté de ne jamais dire toute la vérité, une barrière sourde, et un refus généralisé de la part des institutionnels français, club et ligue, d’échanger sur nos informations".

L’Équipe s’est donc débrouillé et nous confirme que c’est le PSG qui domine ce classement des salaires avec 12 joueurs dans le top 15 et une inflation fulgurante en un an. "Alors que, l’année dernière, Thiago Silva était numéro 1 avec un salaire d’un million d’euros mensuels, cette saison Neymar touche trois fois plus que lui : plus de trois millions d’euros".
Un palmarès à l'autre bout duquel il y a Amiens et son attaquant, Julien iesh, 34 ans, payé 2.800 euros brut.

Un classement publié dans l’Équipe pour voir autrement la ligue 1.

La ligue 1 "Conforama" d’ailleurs puisque c’est le sponsor. L’Équipe écrit Ligue 1 tout court mais le nom entier, c’est bien Ligue 1 Conforama.

C’est qu’il devient difficile de prononcer le nom "Conforama".

On ne devrait peut-être pas le dire parce que grâce à la loi sur "le secret des affaires", "Conforama a fait censurer un journal".

Tribune à lire sur le site d’information Les Jours et rédigée par le collectif de journalistes "informer n’est pas un délit" :
"le tribunal de commerce de Paris vient de condamner le magazine Challenges qui a eu le malheur faire son travail, c’est à dire de révéler les difficultés financières que connait Conforama".
Résultat : Challenges a dû retirer l’article et ne doit plus évoquer le sujet sous peine d’écoper de 10.000 euros d’amende, "non pas parce que l’information est fausse, mais parce qu’elle ne relève pas d’une question d’intérêt général".

Une situation qui inquiète également le site d’investigation Médiapart et le journal l’Humanité qui parle tous deux de "censure" : "10.000 euros d’amende par infraction, écrit Maud Vergnol, face à une telle menace financière, qui acceptera encore de prendre des risques ?.
Effectivement, c’est toute la question de savoir si oui ou non, on peut encore enquêter sur les entreprises.

Enfin, "l’enquête" du jour, l’incontournable, c’est le froid.

Pas de censure pour la neige, en Une de l’Union de Reims, l’Indépendant, le Courrier de l’Ouest, la Nouvelle République, la Montagne ou encore le Maine Libre.

Aujourd’hui-en-France vous donne des conseils d’habillement.
Attention, notez bien : mettez un bonnet, des gants et une écharpe.

Et puis, face à "l’offensive hivernale", Femme Actuelle apporte aussi sa contribution : "comment renforcer son système immunitaire ? Eh bien grâce à de micro-expositions quotidiennes à la saleté". Vous avez bien entendu : "trop d’hygiène, c’est mauvais pour la santé".
"À force d’aseptiser nos intérieurs, écrit le magazine, nous vivons dans des milieux pauvres en bactéries, or les bonnes bactéries sont nécessaires pour renforcer notre système immunitaire".

Question de la journaliste, visiblement bouleversée par cette découverte : "Faut-il se rouler dans la boue pour accroitre son immunité ?"
"Non, répond le gastro-entérologue Gabriel Perlemuter, vous risqueriez de vous infecter avec des bactéries agressives".

Voilà, dans le doute, les lectrices sont prévenues : n’allez pas vous rouler par terre ! En revanche, "baladez-vous, adoptez un animal de compagnie, prenez les transports en commun et n’oubliez pas, précise Femme Actuelle de vous laver les mains pour éliminer les bactéries pathogènes".

Responsabilité éditoriale sur un sujet abordé un peu grossièrement mais néanmoins très sérieux sur l’impact incontournable de l’infiniment petit sur nos propres vies.