À la Une : le syndrome du "yoyo émotionnel"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, David Abiker scrute la presse papier et le web et décrypte l'actualité.

Ce matin ce qui résume le mieux l’actualité, c’est une formule en page 3 du journal Libération "le syndrome du yoyo émotionnel" entre Macron et ces retraités, auxquels le président demande des sacrifices et qui lui en veulent après avoir voté pour lui. Yoyo émotionnel pourrait aussi traduire ce que le Parisien-Aujourd’hui en France qualifie de choc psychologique devant le bulletin de paie après impôts ou encore la colère des agriculteurs rapportée par Le Courrier Picard. Ils subissent une véritable invasion de sangliers. Le yoyo émotionnel c’est encore cette joueuse samedi au casino de Cabourg, nous dit Ouest France. Elle a misé deux euros pour en gagner un million.

On commence avec le yoyo émotionnel ressenti par les retraités.

C’est dans Libération ce matin qu’est née la formule qui résume la relation d’amour vache entre Macron et les retraités. On la doit à Dominique, retiré à Nice. Il a voté Macron pour secouer le cocotier, explique-t-il, sauf que la noix de coco de la hausse de la CSG lui est tombée sur la tête et qu’il n’a pas digéré non plus la non-indexation des pensions sur l’inflation. C’est ça le yoyo émotionnel, beaucoup d’espoir et de la déception. Une autre émotion forte que le Parisien-Aujourd’hui en France veut anticiper, c’est le choc psychologique de la feuille de paie et les symptômes seront nombreux d’après le quotidien qui préfère prévenir pour guérir : nausée, picotement, impression désagréable à la vue du salaire net diminué de l’impôt prélevé à la source. Le journal convoque même un psychologue qui compare le choc de la réforme de l’impôt à la source au choc provoqué par le passage à l’euro où nos salaires en Francs avaient été divisés par 6.5 !

La psychologie et la psychiatrie également au chevet du terrorisme.

"Les terroristes sont-ils fous ?", s’interroge ce matin le Figaro en ce jour symbolique du 11 septembre. Le Figaro qui cite une note de Police non publique selon laquelle "L’analyse des actes commis, tentés et déjoués depuis 2015 montre que les individus présentant des troubles psychologiques sont aujourd’hui surreprésentés".  Perturbés, narcissiques, souffrant d’un gros besoin de reconnaissance médiatique. On s’en doutait un peu, les candidats au terrorisme sont effectivement des gens dérangés mais ce ne sont pas les seuls, explique le journal rappelant qu’ils sont aussi des patients dont l’identification se heurte au secret médical.

Ils ont des fusils, ils peuvent aussi péter les plombs mais ils ont des raisons.

Les agriculteurs qui subissent cette saison une invasion de sangliers, nous explique le Courrier Picard. Des centaines de milliers d’euros de dégâts dans les champs de maïs, près de 24.000 cochons sauvages abattus la saison dernière en Picardie et ça devrait continuer en 2018-2019. Il faut lire ce matin le dossier de La Croix sur la chasse adaptative qui fixe aux chasseurs un rôle accru dans la gestion des espèces. On tuait 150.000 sangliers en France en 1990 et 1991, 700.000 ont été abattus l’an dernier selon le site de Sciences et avenir. Alors comment garder son calme quand les sangliers attaquent ? En s’inspirant d’N’Golo Kanté, milieu de terrain de l’équipe de France. Interrogé par le Parisien Aujourd’hui en France, le psychologue clinicien Robert Zuili, spécialiste des émotions, explique que c’est parce qu’ N’Golo Kanté ne la ramène pas qu’il joue un rôle essentiel au sein des Bleus. N’Golo Kanté c’est l’anti-égo, c’est l’humilité montée sur des crampons, l’ambassadeur de tous ceux que vous n’entendrez pas en arrivant au bureau ce matin. Bref un stabilisateur d’émotion.

Et puisque depuis ce matin, on parle de yoyo émotionnel, l’AFP nous raconte l’histoire toute en émotion de cet étudiant à l’université d’Alberta, Calgary Canada. Pour retrouver Nicole, une étudiante avec qui Carlos avait pris un verre jeudi dernier, Carlos qui n’avait pas le bon numéro de portable a écrit un courriel aux 246 Nicole du campus. Il n’a pas eu de réponse tout de suite mais les Nicole ont créé un groupe de Nicole sur Facebook et se sont retrouvées dans un bar près de l’université. Quant à la vraie Nicole de Carlos, elle a finalement été prévenue via un texto et maintenant Carlos a son téléphone.