Ca vaut le détour - Le Val de Loire vu d'en haut

  • A
  • A
Ca vaut le détour est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Vous cherchez une destination de vacances ? Chaque jour de l'été Europe 1 vous emmène dans un lieu auquel vous n'auriez pas forcément pensé. Ce mardi, direction l'Alsace.

Vous rêvez d'un vol en montgolfière ? Top départ à Ancenis en Loire-Atlantique. Il est 6 heures et demi du matin, un soleil émergeant et un gigantesque ballon de 5.100 mètres cubes qui se remplit d'air chaud -ventilateurs et brûleurs en action - dessinent le cadre.

Admirer le paysage

Du côté des passagers : "Aucun vertige", garantit Julien, le pilote de Nantes Montgolfière. Le décollage s'annonce pour Anne-Marie, 90 ans et même pas peur. "C'est épatant !", s’enthousiasme-t-elle. "On a l'impression de dominer le monde", renchérit un ami. La cible du jour ? Le château de Clermont, celui de de Funès. Voyager en montgolfière, décrit le pilote, "c'est une façon de flotter dans l'air, pour évoluer autant à la cime des arbres qu'à 1.000 ou 2.000 mètres."

chateau

Une aventure du siècle

A bord, on apprécie le calme, on observe en suivant la Loire de haut à 36km/h. Après la Loire, cap sur l'Erdre, "qui vaut le détour", assure Julien qui confirme qu'on ne sait jamais où on va atterrir. "C'est une des dernières aventures du XXIe siècle. Tout le monde veut que tout soit cadré, à horaires fixes, là, on accepte de na pas contrôler tout et d'être dépendant devant Dame Nature. Il faut rester humble."

loire

En douceur

Du point de vue des accidents, Julien évoque surtout ceux qui se produisent quand les gens regardent la montgolfière passer, du vélo qui part au faussé à la voiture qui entre dans un mur et dont il a dû aider le propriétaire à se dégager. Reste à parler atterrissage avec une question : sport ou doux ? Ce sera en douceur, en pliant les genoux. Anne-Marie repart avec son "certificat d'ascension en machine aérostatique" et avec l'impression d'avoir vécu un moment "sensationnel".