Le manque de ligne politique, “un des drames de ce quinquennat”

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'invité d'europe nuit est une chronique de l'émission Europe nuit
Partagez sur :

Sur Europe 1, Hervé Asquin, journaliste correspondant de l'Agence France Presse à l'Élysée dresse un premier bilan de la présidence Hollande.

"François Hollande a beaucoup d’explication à donner et notamment sur sa ligne politique. Il n’a jamais dit s’il était encore socialiste, social-démocrate ou social-libéral. Je crois que c’est l’un des drames de ce quinquennat". Sur Europe 1, Hervé Asquin, journaliste correspondant de l'Agence France Presse à l'Élysée et auteur de "L'Élysée selon Hollande"(Ed.de l'Archipel), dresse un premier bilan de la présidence Hollande.  "Il laisse des courants se développer à sa gauche comme à sa droite. On voit Arnaud Montebourg et Emmanuel Macron, et le Président est un peu esseulé entre les deux."

"La volonté de ne fâcher personne". Dans l’épilogue de son livre, il ajoute : "François Hollande, c’est le soucis de ne fâcher personne, une volonté farouche de marier les contraires, le règne du 'en même temps'. (...) Le récit national aura cruellement fait défaut à son quinquennat, la ligne politique aussi."

Peut-être n’a-t-il pas assez expliqué avant d’agir. Selon lui, une victoire au soir du 7 mai 2017 serait une vraie surprise. "Il a beaucoup de terrain à remonter." Dans les médias et notamment mardi matin, sur Europe 1, le président de la République tentera pourtant de le faire : "Il a de toute évidence un besoin d’explication compte tenu de sa popularité. Peut être n’a-t-il pas assez expliqué avant d’agir."

"Il a su se révéler dans les crises". Pour Hervé Asquin, le président a toutefois su se révéler dans les crises et notamment au moment des attentats. "Il a certainement beaucoup de défauts mais dans ces moments des attentats, il a réagi semble-t-il avec un extraordinaire sang froid. Il essaie de rester toujours le président, y compris face aux victimes. Il ne veut pas se mettre à leur place mais leur apporter une réponse politique."