Front national : "un vote d'adhésion, en partie", selon Sylvain Crépon

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'invité d'europe nuit est une chronique de l'émission Europe nuit
Partagez sur :

Sylvain Crépon, enseignant chercheur en sciences politiques, rappelle que certaines idées du parti frontiste recueillent l'assentiment de son électorat. 

Arrivé en tête dans six régions, le Front national a enregistré des résultats inédits, dimanche lors du premier tour des élections régionales. Sylvain Crépon, enseignant chercheur en sciences politiques, spécialiste du FN, estime que certaines idées du parti frontiste recueillent l'assentiment de son électorat. "C’est un vote d’adhésion en partie, oui", analyse le chercheur au micro d'Europe nuit, lundi soir. "Depuis le début des années 80, le Front national dépasse les 10%. Il fait désormais 15 voire 20-25%. On ne fait pas de tels scores sans qu’il y ait un minimum d’adhésion de la part des électeurs", souligne Sylvain Crépon. 

L'immigration et l'insécurité, thèmes soutenus. Mais le chercheur estime que les électeurs ne sont pas convaincus par l'ensemble du programme du parti d'extrême droite. "Ça ne veut pas dire pour autant que les électeurs partagent 100% des idées du Front National. Si on prend le programme économique du FN, on sait qu’une majorité de ces électeurs ne suivent par Marine Le Pen sur la sortie de l’euro. Mais en ce qui concerne l’immigration et l’insécurité, qui sont deux piliers fondamentaux du FN, les électeurs, quel que soit leur origine sociologique ou leur implantation géographique, rejoignent le Front national et souscrivent à ses idées", conclut Sylvain Crépon.