Ericka Bareigts, chargée de l'Egalité réelle : "Pour que l'égalité devienne la réalité"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'invité d'europe nuit est une chronique de l'émission Europe nuit
Partagez sur :

La secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargée de l'Egalité réelle a détaillé sa mission, jeudi soir, sur Europe 1.

La création de son secrétariat d'Etat avait été l'une des surprises du remaniement ministériel du 11 février denierErick Bareigts, chargée de l'Egalité réelle, a détaillé jeudi soir sur Europe 1 le sens de sa mission. L'élue de la Réunion a d'abord estimé "normal" de se poser des questions sur son titre, avant d'enchaîner : "Il y a l'égalité en tant que principe, celle que l'on retrouve dans la devise "Liberté, égalité, fraternité" écrite sur nos frontons. Pour atteindre cette égalité, on créé des dispositifs de droit commun, pour tous les Français. Et puis il y a la réalité des choses, la réalité des territoires, la réalité de nos histoires."


Et c'est là qu'est censé intervenir son secrétariat d'Etat : "Quand l'égalité n'atteint pas ces cibles et ces territoires, alors il faut des dispositifs particuliers pour que l'égalité devienne la réalité pour tout le monde, quel que soit son territoire".


"Une action globalisée et interministérielle". Ericka Bareigts souligne que sa mission s'inscrit dans la suite du commissariat général à l'égalité des territoires, créé en 2014 et devenu effectif en 2015. "On est dans une action globalisée et interministérielle. On travaille ensemble", souligne-t-elle. "Quand vous êtes dans une République et que vous n'arrivez pas à bénéficier d'un service public, alors que vous êtes français, alors, il faut déverrouiller et ramener quelque chose (...) Parce que si vous estimez que la République vous traite mal, vous devenez en colère et ça créé une difficulté dans le vivre-ensemble."


"Une fierté" et une "lourde responsabilité". Ericka Bareigts, député élue de la 1re circonscription de la Réunion, admet avoir ressenti "une fierté" mais aussi une "lourde responsabilité" quand le Premier ministre lui a confié cette mission auprès de lui. "Les territoires et les gens qui habitent dans tous les territoires de France y trouvent également une certaine forme de reconnaissance", selon elle.