Cherki (PS) : "Ce n'est pas le rôle de la Constitution d'accueillir les peines"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'interview d'Europe 1 Soir est une chronique de l'émission Europe 1 Soir
Partagez sur :

Le député socialiste de Paris a expliqué les raisons de son refus de voter l'inscription de la déchéance de nationalité dans la loi fondamentale. 

La déchéance de nationalité déchire l'ensemble de la classe politique française. Au sein même du PS, de nombreuses voix s'élèvent pour voter contre l'inscription de cette mesure dans la Constitution. Pascal Cherki, député socialiste de Paris, a expliqué son refus, invité d'Europe Nuit, mardi soir. "Je vais voter contre car ce n'est pas le rôle de la Constitution d'accueillir les peines, mais du Code pénal", a expliqué Pascal Cherki.

"Un débat qui traverse l'ensemble des classe politiques". "Je suis contre le fait de fabriquer des apatrides, ce que propose actuellement le gouvernement. Je ne suis pas pour répondre à l'émotion par une mesure qui vient complètement contredire ce qu'affiche juridiquement la France depuis des décennies. C'est un débat qui traverse l'ensemble des familles politiques", a soutenu le député PS. 

"Il faut qu'on nous propose des mesures qui nous rassemblent. Là, cette mesure de déchéance nous divise à un point tel que nous sommes plus divisés dans les familles politiques après les attentats qu'avant. Il faut prendre des mesures qui renforcent concrètement la lutte anti-terroriste, mais une mesure symbolique il faut prendre le temps d'en discuter", a conclu Pascal Cherki.