Vos poubelles plaquées or

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

L’innovation de ce matin va nous faire gagner de l’argent avec nos poubelles.

On a trouvé une méthode simple pour récupérer l’or de nos déchets électroniques. Je ne sais pas si vous le savez, mais il y a plus d’or dans une décharge informatique que dans une mine d’or. Dans une tonne de minerai, on récupère, en moyenne, 10 g d’or. A votre avis, combien il y en a dans une tonne de composants électroniques ? 1 Kg. Le problème, c’est qu’il est très difficile à extraire cet or. Cela revient très cher, donc ce n’est pas toujours rentable. Mais surtout, on manipule des produits chimiques extrêmement dangereux (d’où les exportations illégales vers les pays du Sud).

Des scientifiques de l’université d’Edimbourg ont réussi à simplifier le processus et à le rendre plus propre. Donc, il va devenir beaucoup plus intéressant de recycler nos déchets électroniques que d’aller prospecter une mine.

Plus simple et plus propre, qu’ont-ils découvert exactement ?

Deux choses : un acide bénin, capable de dissoudre, d’un coup, tous les métaux d’une carte électronique. Donc rien de toxique, rien de dangereux. Puis un séparateur qui récupère automatiquement l’or. Donc deux étapes simples. Alors que, jusqu’ici, il fallait multiplier les bains de produits chimiques ou utiliser des machines très complexes pour séparer les composants.

Ça ne fonctionne qu’avec l’or ? 

Oui, c’est encore la limite du processus, car il y a d'autres métaux précieux dans les cartes électroniques. On aimerait bien récupérer aussi l’argent, le cuivre ou le palladium, même si l’or garde un meilleur rapport prix/quantité présente. D’après les chercheurs, avec cette technique, on pourrait récupérer jusqu’à 90% de l’or enfermé dans nos vieux appareils. Cela représente quand même plus de 300 tonnes d’or par an. C’est énorme ! Pas loin de 10% de la production mondiale que l’on va pouvoir récupérer dans nos poubelles.