Une aiguille pour éviter de passer sur le billard

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

L’innovation avec vous Anicet Mbida. Ce matin, vous arrivez avec de nouvelles techniques médicales qui évitent d’aller au bloc se faire opérer.

C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui, comme moi, peuvent tourner de l’œil rien qu’à l’idée de se faire opérer. Rien qu’à l’idée de se faire ouvrir le torse avec un scalpel, écarter les organes, que quelqu’un les prenne avec les doigts, etc. Eh bien rassurez-vous, tout cela sera bientôt terminé. Une équipe de chercheurs de l’université de Toronto au Canada, a mis au point une sorte de pansement qui s’injecte avec une aiguille. Je m’explique. Si l’on souffre d’une blessure interne. Par exemple : une hémorragie, un grave ulcère ou n’importe quelle lésion sur un organe. Plutôt que de vous ouvrir pour pouvoir accéder à la blessure, il suffira de vous faire cette fameuse piqûre pansement. En fait, il s’agit d’une seringue avec, à l’intérieur, un pansement ou un patch biologique qui a été replié et compressé et qui va se dérouler tout seul pour reprendre sa forme au contact de la blessure. Donc pas besoin de passer sur le billard, pas besoin de chirurgie, une simple injection suffit pour panser la plaie.

Mais pour que ça fonctionne, l’aiguille doit être énorme non ?

Non justement ! C’est le tour de force réalisé par les chercheurs. Déplié, le micro bandage ou le patch fait la taille d’un timbre-poste. Mais il est tellement fin, qu’une fois compressé, il arrive à passer dans une aiguille d’un millimètre de diamètre. La même aiguille que celle utilisée pour les prises de sang. J’imagine que pour certains c’est déjà trop gros. Mais entre une simple piqûre et une découpe au scalpel, mon choix est vite fait. Enfin ce que j’aime dans cette innovation, c’est qu’elle est typique de l’évolution actuelle de la recherche médicale : trouver, avant tout, des traitements les moins invasifs possible. Des traitements plus confortables et qui laissent le moins de traces.

C’est pour cela qu’il existe aujourd’hui des robots médicaux capables d’opérer à l’intérieur du cerveau, avec une précision redoutable, en faisant juste un trou de la taille d’une aiguille. Cette technique, elle, va plus loin en permettant, en plus, de placer des bandages, des tissus musculaires ou des médicaments. Tout cela à travers le tout petit chas d’une aiguille.