Un nouveau scanner qui permet d'éviter de vider ses poches et d'enlever ceinture et chaussures

  • A
  • A
Innovation est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Rapide et automatisé, ce nouveau scanner est testé dans plusieurs villes des Etats-Unis.

Bonne nouvelle pour ceux qui voyagent aux Etats-Unis. Il n’y aura bientôt plus besoin de vider ses poches et d’enlever ses chaussures en passant les contrôles de sécurité. Plusieurs gares et aéroports américains vont tester un nouveau scanner corporel ultra rapide et totalement automatisé.

Repérage rapide. Il ressemble aux portiques antivols que l’on trouve à l’entrée des magasins. Donc deux panneaux entre lesquels on passe. Sauf qu’il n’y a plus besoin de s’arrêter, d’enlever sa ceinture ou de poser son téléphone. Le système prévient les agents dès qu’il repère un couteau, des explosifs ou des armes.

Dans certains aéroports, les contrôles de sécurité sont devenus un enfer. Avec des files d’attente interminables. Ce système pourrait tout fluidifier puisqu’il traite une personne toutes les quatre secondes.

Un test pour vérifier que tout est bien repéré. L’objectif du test est de vérifier que toutes les armes, quelles que soient leur taille et leur matière, sont bien repérées. Notamment les couteaux en céramique et les pistolets en plastique. Le but est aussi de vérifier qu’avec cette méthode, le contenu des sacs et des bagages sera parfaitement scanné. Sinon, il faudra les faire passer seuls. Ce qui fait perdre du temps.

Ce qui est redouté, c'est ce qu'on appelle "les faux positifs" : bloquer quelqu’un alors qu’il n’y a aucune menace. Cela obligerait à diminuer la sensibilité donc à laisser passer des dangers potentiels.

Les tests vont commencer à l’aéroport de Denver, dans le métro de Los Angeles et à la gare de Washington. C’est une jeune société, Evolv Technology, qui a créé ces scanners. S’ils sont vraiment efficaces, on pourrait les voir débarquer un peu partout : magasins, stades, salles de spectacles, écoles. Des secteurs où l’on manque encore cruellement d’agents de sécurité.