Truffes noires du Périgord : elles seront bientôt bon marché !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Il y a quelques jours, on vendait un lot de truffes blanches au prix record de 75.000 euros. Mais c’est peut-être l’une des dernières fois puisque les prix pourraient bientôt baisser.

Cela devrait commencer avec les fameuses les truffes noires du Périgord. Un des aliments les plus chers au monde. On parle de 800 à 1.000 euros le kilo, en moyenne.

Pourquoi si cher ? Parce que la truffe reste aussi rare que mystérieuse. Elle pousse sous terre, sur des racines. Mais on ne sait trop par quelle magie. En plus, on en trouve uniquement dans quelques régions du Sud : en France, en Italie, en Espagne et c’est à peu près tout.

Des chercheurs, de l’université de Cambridge en Angleterre, ont réussi à faire pousser de truffes noires du Périgord au Pays de Galles. Ce qui est quand même très au nord.

Donc on pourrait reproduire leur technique. Récolter des truffes un peu partout. Ce qui ferait inévitablement baisser les prix.

On est sûr que ce sont de vraies truffes du Périgord ?

Oui, elles ont été analysées au microscope puis génétiquement et il n’y a pas de doute. Ce sont les mêmes que celles que l’on trouve en France.

D’ailleurs, les scientifiques ont utilisé une technique des plus classique. Ils ont inoculé des spores de truffes noires dans les racines de chênes verts. Des chênes plantés sur un sol calcaire qu’ils ont ensuite traité pour en réduire l’acidité. Huit ans plus tard, ça a marché ! Ils ont récolté leurs premières truffes grâce à un petit chien truffier qui a gratté le sol.

Comment se fait-il que l’on arrive à faire pousser des truffes autant au Nord ?

On n’a pas de réponse définitive (la truffe reste un mystère). Mais leurs travaux viennent d’être publiés pour avoir l’avis d’autres spécialistes. J’en ai interrogé. Certains estiment que c’est dû au réchauffement climatique. D’autres, que la truffe est peut-être, tout simplement, plus résistante au froid qu’on ne le pensait.

Du coup, les expérimentations vont continuer et plus uniquement dans les climats typiquement méditerranéens. Les truffières vont se multiplier. On va probablement en récolter plus. Ce qui finira par faire baisser les prix.