Salon nautique de Paris : des bateaux volants qui donnent moins le mal de mer

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Le salon nautique a ouvert ses portes à Paris et parmi les nouveautés, des bateaux volants qui donnent moins le mal de mer.

L’idée est toute simple. Plutôt que de fendre les vagues, donc de ralentir le bateau. On le fait voler 20 à 30 centimètres, juste au-dessus. Du coup, il n’est plus freiné par les vagues. Et surtout, il n’est plus secoué par houle. Il ne tangue plus. Donc on a moins le mal de mer.
Mais comment on fait voler un bateau ? Là encore, c’est tout simple. On lui met des foils. Ce sont des ailettes que l’on place sous la coque et qui, avec la vitesse, élèvent le bateau et le font voguer au-dessus des vagues. Cela ressemble à de longues dérives. Vous en avez certainement déjà vu sur les bateaux de la coupe de l’America ou du Vendée Globe.

Si c’est si simple pourquoi il n’y en a pas sur tous les bateaux ?

Parce que cela coute extrêmement cher. Plusieurs milliers d’euros, pour un seul foil. Sans compter que, jusqu’ici, ils ne fonctionnaient que sur des catamarans ou des multicoques. À chaque fois que l’on essayait d’en installer sur des bateaux traditionnels, on arrivait à peine à les surélever.
Eh bien une startup française, de Lorient, la société SeAir, est la première à avoir réussi à réellement faire voler un monocoque. C’est impressionnant. On peut le voir au salon Nautique. Il est tout petit (6,50m), pourtant il vogue plusieurs centimètres au-dessus des vagues.
Vous savez comment ils l’ont appelé ? 747 comme l’avion.

Mais est-ce qu’il est aussi cher ?

Non justement. Il faut savoir que si les foils coutent aussi cher aujourd’hui, c’est parce qu’ils sont conçus en matériaux composites comme le carbone. Nos Français, eux, utilisent des matériaux traditionnels beaucoup moins chers.
D’ailleurs, la société n’est pas fabricante de bateaux, mais de foils. C’est leur spécialité. Ils ont breveté la façon de les fabriquer moins cher et de les utiliser sur les monocoques.
Leur idée maintenant, c’est d’en mettre partout. Comme ça, tous les bateaux pourraient voler. Ils seraient maintenus bien stables au-dessus des vagues. Et nous, nous aurons moins le mal de mer.