Salon de l’électronique à Las Vegas : des voitures qui se contrôlent par la pensée

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Ce mardi, ce sera l’ouverture du CES, le plus grand salon de l’électronique à Las Vegas.
On y verra une technologie qui transforme les conducteurs du dimanche en as du volant.

En fait, une technologie qui nous fait croire que l’on a un aussi bon coup de volant que Sébastien Loeb ou Michael Schumacher.
Exemple : quand on prend un virage, parfois, on y entre un peu vite ou on ne braque pas assez. La voiture va lire dans nos pensées, détecter que l’on veut tourner, mais aussi que l’on est en panique. Donc elle va corriger nos erreurs en ajustant l’angle des roues, la vitesse et le virage sera pris à la perfection.
Même chose pour un créneau. Parfois, on s’y prend mal. Là, le système va corriger la manœuvre en sous-main et vous donner l’impression que vous êtes un roi du créneau.

Mais il existe déjà pas mal d’aides à la conduite, d’aides au stationnement. Quelle est la différence ?

La différence, c’est que la voiture lit dans nos pensées. Avant de prendre le volant, il faut mettre un bonnet bourré d’électrodes sur la tête. Ce bonnet va analyser votre activité cérébrale et anticiper toutes les manœuvres.
Un exemple : vous voyez un obstacle au dernier moment. Vous voulez freiner ou l’éviter, mais dans la panique vous faites n’importe quoi. Eh bien, le bonnet va détecter vos intentions et activer les calculateurs de la voiture pour faire la meilleure manœuvre d’évitement possible.
C’est Nissan qui présentera cette technologie au CES de Las Vegas. Selon eux, elle pourrait améliorer le temps de réaction de 0,5 seconde donc rendre les voitures beaucoup plus sûres, quel que soit le conducteur. Ce qui intéressera autant les séniors qui ont moins de réflexes que les jeunes conducteurs sans expérience.

On ne risque pas de devenir trop confiant avec ce système, donc se mettre dans des situations dangereuses ?

C’est le risque en effet. Mais, à priori, il y aura des garde-fous pour éviter que l’on fasse n’importe quoi ou que l’on se mette en danger.
Dans tous les cas, c’est une tendance intéressante. Car on parle beaucoup de voitures autonomes. Mais on s’est rendu compte que pas mal de gens ne sont pas du tout rassurés à l’idée d’entrer dans une voiture qui se conduit toute seule (c’est comme quand on se retrouve sur le siège passager et que l’on se surprend à freiner dans le vide).
D’où cette idée de donner l’impression de garder le contrôle tout en s’attachant, en sous-mains, à gommer les erreurs humaines. L’objectif ? Rendre les voitures pilotées par l’homme aussi sûres que celles pilotées par les machines.