RemoveDebris : une mission pour tester une sorte de camion-poubelle spatial

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

La station spatiale chinoise en panne qui retombe sur terre remet en lumière le problème des déchets accumulés en orbite. Or ce lundi, justement, une mission va décoller pour tester une sorte de camion-poubelle spatial.

Parce qu’il y a une véritable décharge là-haut. Pour vous donner une idée, on estime qu’en 50 ans de conquête spatiale, il se serait accumulé plus de sept mille tonnes de débris tout autour de la terre.
Cela devient un problème. Non seulement la Station Spatiale Internationale pourrait connaître le même scénario que dans le film Gravity. Mais on va aussi avoir du mal à effectuer de nouvelles missions s’il faut slalomer entre les épaves de satellites.
C’est pourquoi on va suivre de près cette expérimentation. Car c’est la première fois que l’on va tester en situation réelle le nettoyage de débris spatiaux.

Qu’est-ce que l’on va tester exactement ?

Deux techniques de ramassage : la première, c’est un filet comme à la pêche. On va le lancer autour des débris, tirer, le fermer et le laisser tranquillement redescendre se consumer dans l’atmosphère.
Ça, ce sera pour les petits débris : les restes de collisions, les vis. Il y a même une brosse à dent laissée par un astronaute. Comme ils ne font que quelques centimètres, on peut se dire qu’ils ne sont pas dangereux. Mais comme ils se déplacent à près de 30.000 km/h, personne n’a envie d’en croiser sur sa route.
Pour les plus gros débris, un satellite abandonné par exemple, on va essayer de le harponner avant de déployer une voile pour le ralentir et, là encore, le laisser retomber se consumer dans l’atmosphère.
La mission s’appelle RemoveDebris. Elle est menée par le Centre Spatial de l'université du Surrey en Angleterre.

Donc l’objectif sera simplement de tester des technologies. Mais est-ce qu’il est prévu d’aller réellement nettoyer l’orbite ?

Si les tests sont concluants, le harpon ou le filet seront utilisés sur une autre mission, prévue en 2024, pour aller désorbiter Envisat. C’est un énorme satellite européen de huit tonnes avec lequel on a perdu le contact en 2012.
Problème : ce genre de missions coutent très cher et elles ne rapportent rien. Donc on ne sait pas encore comment les financer.
Donc on attend une loi internationale qui encadre cette question des déchets spatiaux. Cela évitera peut-être à des milliardaires d’envoyer leur voiture dans l’espace rien que pour le plaisir.