Optique : des téléobjectifs qui ne font plus que quelques centimètres de long

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

On innove dans l’optique ce matin avec des téléobjectifs qui ne font plus que quelques centimètres de long.

On pourra avoir l’équivalent d’un mégazoom de paparazzi sur son téléphone portable et garder un appareil aussi plat qu’aujourd’hui.

C’est une petite révolution dans la façon de fabriquer les lentilles optiques. Car cela fait des siècles que l’on utilise la même méthode. On prend un morceau de verre, on le polit pour qu’il ait la bonne courbure, qu’il concentre bien les rayons lumineux. Enfin, on met plusieurs de ces lentilles les unes devant les autres pour obtenir le bon grossissement.

Des chercheurs de l’université de Harvard aux États-Unis ont réussi à reproduire un fonctionnement identique, mais dans un semiconducteur. Résultat : un objectif de seulement 2mm d’épaisseur avec les mêmes caractéristiques que les objectifs "bazookas" des paparazzis.

Comment c’est possible ?

Ils ont gravé des motifs microscopiques à l’intérieur d’une plaque de quartz. Ces motifs sont organisés de manière à guider et à concentrer les rayons lumineux comme le ferait un objectif en verre. Mais ces motifs étant microscopiques, tout se fait sur des fractions de millimètres au lieu de dizaines de centimètres aujourd’hui.

Autre avantage, les motifs sont gravés avec la même technique que celle utilisée pour les microprocesseurs. Donc la fabrication est beaucoup plus rapide et revient moins chère que le polissage du verre.

On appelle cela les "Meta Lens", des objectifs à base de semiconducteurs.

Mais qu’en est-il de la qualité ? Ils sont aussi bons que les objectifs en verre ?

Ils sortent à peine des labos. Mais d’après les scientifiques, ils seraient même meilleurs. Ils sont totalement plats, donc il n’y aura aucune déformation comme avec des lentilles bombées, ni ce que l’on appelle des aberrations chromatiques, autre gros défaut des objectifs en verre.

Du coup, ils intéressent beaucoup les fabricants de téléphones portables. Car il ne leur manque qu’une chose pour définitivement enterrer les appareils photo compacts : le zoom. Or jusqu’ici, il prenait beaucoup trop de place.