Neurolink : l'implant cérébral made in Elon Musk

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Ce matin l’innovation, c’est la nouvelle société d’Elon Musk.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est le patron des voitures électriques Tesla et de SpaceX, les fusées qui doivent coloniser Mars.Sa nouvelle société : elle veut connecter notre cerveau aux ordinateurs.

 On a l’impression qu’il crée des sociétés pour réaliser des rêves de science-fiction. Son nouveau projet s’appelle Neurolink. Et son objectif c’est de créer des implants cérébraux pour augmenter nos capacités intellectuelles. En fait, Elon Musk est persuadé qu’avec les progrès autour de l’intelligence artificielle, qu’on le veuille ou non, on finira par être dépassé par les machines. Donc pour l’éviter, il propose de s’armer. En améliorant nos capacités avec des implants, comme un cyborg.

Concrètement, ils vont améliorer quoi ces implants cérébraux ?

Pour le moment, on n’en sait rien. Elon Musk, est vraiment le roi de la communication : tout le monde en parle, alors qu’il n’y a rien de concret. La société est à peine créée, elle a à peine commencé ses recherches. Il n’empêche. Cela fait 20 ans que l’on travaille sur des implants cérébraux. Mais jusqu’ici, c’était plutôt pour soigner des paralysies, l’épilepsie ou la maladie de Parkinson. On ne l’a jamais fait, simplement pour devenir plus intelligent. Parce qu’il est très dangereux d’implanter un objet dans le cerveau. Donc ils auront du mal à trouver les premiers cobayes.

 Vous pensez que personne n’a envie d’augmenter ses capacités intellectuelles ?

 Si au contraire. Notamment les partisans de ce que l’on appelle le  "transhumanisme". Ils aimeraient utiliser toutes les techniques possibles pour que l’homme puisse dépasser ses limites biologiques. Donc pourquoi pas créer des surhommes avec du clonage, de l’eugénisme ou des implants. Ce qui pose évidemment des questions éthiques.