Médecine : une technique qui permet de soigner les maladies génétiques avant la naissance

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

On innove en médecine avec une technique qui permet de soigner les maladies génétiques avant la naissance.

Une première médicale, on vient de soigner une maladie génétique héréditaire directement chez un embryon.

Imaginez : on fait une amniocentèse, on découvre une maladie génétique et on est capable de la corriger avant que le fœtus ne se développe.

C’est ce que laisse espérer une toute nouvelle technique. Une sorte de chirurgie de l’ADN qui permet de modifier très précisément une mutation sur un gène.

Cela fait à peu près un an que l’on en parle. Et pour la première fois, elle vient d’être utilisée avec succès sur des embryons humains. Une équipe de chercheurs chinois a réussi à les soigner d’une grave maladie du sang appelée la thalassémie. Une des maladies génétiques les plus répandues, puisqu’elle touche presque 200.000 enfants chaque année.

On comprend la prouesse scientifique, mais il s’agit quand même de manipulation génétique sur des embryons humains.

Cela pose de vraies questions éthiques.

D’un côté, on soigne potentiellement des maladies incurables avant qu’elles n’apparaissent. Mais de l’autre, on ouvre peut-être la porte à l’eugénisme et à des manipulations de l’ADN qui n’ont rien de médical (améliorer l’intelligence, la force, certains caractères, etc.).

Donc évidemment, ça inquiète. C’est pour cela qu’en France, on interdit de modifier les gènes des embryons humains.

Par contre, c’est autorisé en Chine.

Oui, et aussi en Angleterre ou aux États-Unis. Même s’il faut le préciser, il s’agit d’embryons non viables ou qui sont systématiquement détruits.

Mais cela n’empêche pas des progrès extrêmement rapides dans le secteur.

Vous avez peut-être entendu parler de Crisper-Cas9, une autre technique d’édition de l’ADN ? On lui reprochait son imprécision et des risques d’effets secondaires. C’est pourquoi on a développé cette nouvelle technique encore plus précise et qui, à priori, évite les effets secondaires.

Donc on n’a pas fini d’entendre parler d’édition génétique.

Pour plus de détails, cliquez ici.