Médecine : des piqures pour remplacer les plâtres

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Pour soigner une jambe ou un bras cassé, jusqu’ici on connaissait les plâtres. Bientôt, il suffira d’une simple piqûre.

En tout cas c’est l’objectif d’une équipe de chercheurs de l’université de Purdue aux États-Unis. Elle a développé un médicament qui accélère la réparation de l’os après une fracture.

Jusqu’ici le seul moyen de se soigner plus vite, c’était de passer par la chirurgie. De mettre des broches par exemple. Ce qui est plutôt douloureux. Avec leur technique, il suffit d’une injection (n’importe où, dans la fesse ou l’épaule), l’agent qu’ils ont développé ira se nicher directement et uniquement à l’endroit de la fracture pour reformer l’os deux fois plus rapidement.

Donc évidemment, ça intéresse les athlètes qui pourront revenir plus vite de blessure. Mais aussi tous ceux pour qui on essaie d’éviter la chirurgie : les enfants par exemple ou les personnes âgées chez qui la moindre fracture peut donner des complications.

Ça veut dire qu’on n’aura plus besoin de plâtre ?

Dans la plupart des cas, non. S’il s’agit de fractures toutes simples, on pourra se contenter d’un bon bandage. Évidemment, s’il y a le moindre risque que la fracture bouge, le plâtre sera toujours nécessaire.

Donc c’est extrêmement prometteur. Même s’il ne faut pas s’emballer. Comme souvent, on n’est qu’au début des recherches. Mais ils sont tellement confiants, qu’ils viennent de créer une startup pour commercialiser leur médicament. Elle s’appelle Novostéo.

Au départ, ils vont se concentrer sur les fractures de la hanche chez les personnes âgées. Un bon choix, car c’est un véritable problème aujourd’hui. La plupart des victimes ne retrouvent pas leur mobilité avant un an. Donc, imaginez que l’on arrive à diviser par deux leur convalescence.