Lutte contre les inondations : des maisons amphibies ou des trottoirs éponges

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

11 départements sont encore en vigilance crues. On travaille sur des solutions à long terme pour lutter contre les inondations.

Par exemple, des maisons amphibies ou des trottoirs éponges.

Avec le dérèglement climatique, on se rend bien compte que les digues et les barrages ne suffisent plus. On se dit qu’il serait plus malin de construire des maisons et des villes qui s’adaptent aux inondations.

C’est ce que l’on a fait en Angleterre. En zone inondable, au bord de la Tamise, on a construit des maisons amphibies qui montent et descendent avec le niveau de l’eau. En fait, on a remplacé leurs fondations par un immense bac qui va se remplir avec l’inondation et permettre à la maison de s’élever jusqu’à trois mètres pour garder ses occupants au sec.

C’est une maison qui flotte ? On doit avoir le mal de mer.

Non, elle est parfaitement arrimée à des poteaux. En plus, elle monte et descend à la même vitesse que la crue, quelques centimètres toutes les heures. Donc pas de quoi donner des nausées. En revanche, avec ce système, impossible d’avoir une cave.

Par ailleurs, on travaille aussi sur le concept de ville éponge. Le problème avec l’urbanisation, c’est que le bitume et les trottoirs sont imperméables. L’eau glisse dessus, ce qui transforme les rues en torrents ou en canaux à la moindre inondation.

L’idée consiste donc à créer des pavés et des bitumes perméables qui avalent l’eau comme le ferait la terre, pour la stocker ensuite dans des réservoirs en sous-sol ou directement dans les nappes phréatiques. Cela a un double avantage : l’eau peut être réutilisée pour l’arrosage et les incendies. Et avec l’évaporation, cela rafraîchit naturellement la ville.

Ce sont les Chinois qui sont en pointe sur ces sujets. Aujourd’hui, une ville comme Hong Kong serait capable d’absorber une crue centennale.

On pourrait s’en inspirer.