Les plantes seraient sensibles aux mêmes médicaments que les humains

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Ce matin, une découverte surprenante. Les plantes seraient sensibles aux mêmes médicaments que les humains, notamment aux anesthésiants.

Oui, ça parait incroyable, même si ce ne sont pas n’importe quelles plantes. Il s’agit de plantes dites « sensibles », des plantes avec des sortes de terminaisons nerveuses. Par exemple : les plantes carnivores qui se referment dès qu’une mouche entre à l’intérieur. Ou le Mimosa Pudique. Vous en avez certainement déjà vu : c’est cette plante avec de toutes petites feuilles, qui dès qu’on les touche, se replient. On l’appelle aussi « la sensitive ».

Eh bien, une équipe de chercheurs a découvert que si l’on applique un anesthésiant humain sur ce type de plantes, elles perdent complètement leur sensibilité. La plante ne se ferme plus quand on la touche, exactement comme si elle était anesthésiée.

Qu’est-ce que cela signifie ? Qu’au lieu de tester ces anesthésiants sur des animaux, dans des conditions éthiques parfois douteuses, on pourrait les tester sur des plantes.

Mais est-ce que ce sera aussi efficace ? La réaction est peut-être due au hasard.

Non, pour le coup, ce n’est pas un hasard. Ils ont fait des tests avec des dizaines d’anesthésiques humains, tous totalement différents, et à chaque fois, les effets étaient les mêmes. La plante ne réagit plus, ses terminaisons nerveuses sont comme endormies, et quelques heures plus tard, tout revient dans l’ordre.

Les résultats de cette recherche viennent d’être publiés dans la revue : les annales de la botanique. Ils fascinent déjà la communauté scientifique. Parce qu’on pourrait trouver d’autres plantes capables de réagir comme l’homme, sur lesquelles on pourrait tester d’autres types de médicaments. Des tests plus éthiques, moins chers et qui seront plus faciles à contrôler puisque la plante ne risque pas de se débattre et partir en courant.

Après, est-ce qu’il est éthique de tester des médicaments sur les plantes ? On n’entrera pas dans ce débat.