JO 2018 : Bientôt une intelligence artificielle pour assister les juges lors des épreuves de gymnastique

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Bonjour Anicet Mbida. De l’innovation olympique, ce matin. On a peut-être trouvé une solution à la subjectivité des juges : les assister avec une intelligence artificielle.
Vous avez certainement entendu toutes les polémiques autour de la partialité des juges au patinage artistique. On dit qu’ils auraient tendance à favoriser les athlètes de leur pays. Il y a des histoires de magouille, de pots-de-vin. Alors, pourquoi ne pas faire comme dans les épreuves de vitesse : laisser une machine, froide et implacable, décider de la médaille d’or sur des critères purement scientifiques.
Par exemple : on pourrait mesurer la position des épaules par rapport au corps, l’angle exact que fait la jambe, la vitesse de rotation, la hauteur d’un saut. Cela donnerait des critères objectifs et une notation plus juste. Car, il faut le reconnaître, c’est devenu compliqué de repérer certains mouvements, avec des athlètes qui exécutent de plus en plus vite, des figures de plus en plus complexes.
Comment on va faire ? On va mettre des capteurs sur les athlètes ?
Non, on va utiliser une caméra 3D et analyser l’image avec une intelligence artificielle. Cela permettra de décomposer très précisément le mouvement et d’avoir la position de chaque membre dans l’espace. Ensuite, il suffit de comparer ces informations avec les critères de référence de la discipline pour attribuer une note à priori indiscutable.
Ce sont les ingénieurs japonais de Fujitsu qui ont mis ce système au point. Ils le testent actuellement sur des épreuves de gymnastique. Et si les tests sont concluants, la Fédération Internationale de Gymnastique se dit prête à l’utiliser dès les prochains Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Donc ça peut arriver très vite.