Japon : un gisment de métaux précieux découvert au fond de l'océan

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

À l’heure où l’on parle de pénurie des métaux précieux, on vient de trouver un gisement énorme au fond de l’océan.

On savait qu’il existait des trésors au fond des mers, mais encore fallait-il les trouver et les ramener.

Le Japon vient de réussir l’exploitation du premier gisement de métaux précieux au fond de l’océan.

À 1.500 mètres de profondeur, au large d’Okinawa, tout près d’une sorte de geyser sous-marin. C’est ce que l’on appelle des cheminées hydrothermales. Vous en avez peut-être déjà vu dans les reportages sur les fonds marins. Elles crachent des fumées de métaux qui viennent du centre de la Terre et qui s’accumulent ensuite au fond de l’océan.

Et dans ces métaux, il y a un vrai trésor. Les Japonais ont par exemple trouvé l’équivalent d’un an de consommation de zinc. Mais aussi de l’or, du cuivre et surtout des terres rares devenues indispensables aux téléphones portables et aux voitures électriques.

On savait qu’il pouvait y avoir un trésor près de ces geysers. Jusqu’ici il restait inaccessible. Eh bien les Japonais sont les premiers à l’exploiter. Donc à l’heure où l’on s’inquiète d’une pénurie de métaux spéciaux, on peut s’attendre à une ruée vers l’or sous-marine.

Mais est-ce qu’il n’y a pas un risque pour la biodiversité ?

Si. Le forage va évidemment faire fuir tout ce qui vit à proximité de ces geysers. Les fameuses créatures des abysses, ces animaux qui ressemblent à des extra-terrestres et qui ont des capacités extraordinaires.

On a par exemple découvert qu’une de ces créatures pouvait aider dans la maladie d’Alzheimer.

C’est pourquoi les Nations Unies contrôlent de près tout ce qu’il se passe autour des gisements sous-marins dans les eaux internationales. Or aujourd’hui, aucun droit d’exploitation commerciale n’a été accordé. On veut se donner le temps de peser les conséquences sur l’environnement.

Sur les eaux internationales d’accord. Mais ces forages ont lieu sur les côtes japonaises, ils sont donc souverains ?

Pour l’instant le Japon ne parle pas d’exploitation commerciale, juste de testsdes équipements.

Mais rien ne dit qu’ils attendront le feu vert des Nations Unies même si dans ce cas, il y aurait des répercussions diplomatiques puisqu’ils ont signé des accords avec tous les états membres.

Donc à suivre. Une chose est sure, dans les années qui viennent, il y aura des mines au fond des océans parce qu’il y a un véritable trésor.