Full Grown : quand les meubles poussent dans les champs

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

L’innovation de ce matin, on a du mal à la croire : il est possible de faire pousser des chaises, des tables ou des lampes en plein champs.

D’ailleurs la première récolte d’abat-jours vient de se terminer.

Ça paraît fou, pourtant l’idée est toute simple, on fait pousser des arbres mais on les force à prendre une forme particulière comme par exemple une forme de chaise.

On vous a mis les photos sur Twitter #E1Matin et sur Europe1.fr

C’est une technique classique de jardinage. On met des tuteurs, on greffe des branches et on élague. C’est comme ça qu’on fait les bonzaïs, les arches ou les pergolas. Un designer anglais, lui, l’utilise pour faire des meubles. Il s’appelle Gavin Munro, et son projet s’intitule Full Grown.

Mais ça doit prendre des années pour faire une chaise ?

Entre quatre et cinq ans pour du saule ou du Frêne, neuf ans si c’est du chêne.

Mais à la fin, on n’obtient pas n’importe quelle chaise. On obtient un objet unique, conçu en harmonie avec mère nature. Une chaise, sans vis, sans assemblage et sortie d’une seule et même pièce de bois.

D’ailleurs, on peut en acheter mais ce n’est pas donné puisque la chaise vaut 3.500 euros. Il en a 400 qui poussent actuellement dans son champ et même à ce prix, la plupart sont déjà réservées.

Quel est l’intérêt ?

C’est avant tout un projet militant. Il veut montrer qu’avec un peu d’imagination on peut réduire l’exploitation des forêts et des ressources naturelles.

Sa chaise, par exemple, n’utilise qu’un quart de l’énergie nécessaire pour produire une chaise aujourd’hui. Donc l’idée c’est de changer nos modes de production et s’appuyer davantage sur mère nature que sur les processus industriels.

La nature était là avant nous. Elle est beaucoup plus responsable. Donc autant s’en inspirer.

Pour visionner la vidéo, cliquez ici.