DMLA : un nouvel implant devrait permettre de récupérer une partie de sa vision

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

On a beaucoup entendu parler de la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la DMLA.

Jusqu’ici, il n’existait aucun traitement. Heureusement, ça va bientôt changer.
On le rappelle, la DMLA est une maladie qui fait perdre progressivement la vision centrale. Tout est déformé ou très sombre au milieu du champ de vision, alors que la périphérie reste normale.
C’est la principale cause de malvoyance après 50 ans. Un million de Français en souffrent. Et elle est très handicapante parce qu’on ne peut plus lire, ni même reconnaître les visages.
Vous l’avez dit, jusqu’ici, il n’existait aucun traitement. Mais un nouvel implant devrait permettre de récupérer une partie de sa vision. Il a été conçu par les ingénieurs de la société Pixium Vision. Une société française. La bonne nouvelle, c’est que l’Agence du Médicament vient d’autoriser les premiers tests cliniques. Donc la DMLA ne sera peut-être bientôt plus une fatalité.

Découvrez en vidéo le fonctionnement de l'implant conçu par Pixium Vision :



Pixium-Animation-02 from pixium on Vimeo.

Concrètement, comment ça fonctionne ?
On utilise une caméra placée sur la branche des lunettes, qui va envoyer ses images recodées à un minuscule implant situé dans l’œil. L’implant va ensuite convertir ces images en impulsions électriques, exactement comme l’auraient fait les cellules de la rétine si elles n’avaient pas été détruites par la DMLA.
Là où cet implant est très malin, c’est qu’il n’utilise aucun câble ni aucune batterie. Tout est transmis sans fil, depuis les lunettes, avec simplement de la lumière infrarouge (un peu comme un panneau photovoltaïque).
L’avantage d’avoir un implant autonome sans fil, c’est qu’il est beaucoup plus confortable et que l’opération sera plus simple et plus rapide.

On a déjà une idée de l’efficacité de cet implant ?
Justement, c’est ce que vont permettre de valider les tests cliniques.
Cinq personnes atteintes de la version la plus sévère de la DMLA vont être sélectionnées. En principe, elles devraient être capables de reconnaître à nouveau les visages. Mais on ne sait pas encore quelle taille de caractère il leur sera possible de lire. Rendez-vous dans six mois pour un premier bilan.