Caméras de surveillance : vers un système de reconnaissance des visages

  • A
  • A
Innovation est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Il va falloir se méfier un peu plus des caméras de surveillance, parce qu’elles deviennent de plus en plus intelligentes.

Dans les films, on voit souvent des policiers lancer une recherche sur toutes les caméras de vidéosurveillance, et retrouver en deux clics un suspect dans de la foule ou une voiture volée au milieu des bouchons.

Aujourd’hui, la réalité rattrape la fiction. Ce sont des choses qui sont désormais possibles.

Exemple : un enfant perdu dans un centre commercial. On pianote : "petite fille, 10 ans, manteau rouge, pantalon bleu". On clique. Et le système retrouve l’enfant dès qu’il entre dans le champ d’une caméra de surveillance.

Avec un enfant perdu, on est tous d’accord mais il peut y avoir des dérives. Que dit la CNIL (commission informatique et liberté) ?

Elle est très vigilante. En France, la reconnaissance des visages est totalement interdite si on ne donne pas son accord.

Pour retrouver la petite fille, un spécialiste français comme TEB, va systématiquement flouter les visages et analyser d’autres critères : sexe, âge, couleurs des vêtements, etc…

Mais aujourd’hui, les algorithmes sont tellement avancés, qu’ils sont capables de reconnaître une personne de trois quart qui marche dans la foule. Ce qui intéresse évidemment beaucoup de monde et en particulier les services anti-terroristes.

Il y a besoin de nouvelles caméras ou ça fonctionne avec celles déjà installées ?

Avec les actuelles. Il faut juste installer un logiciel d’analyse et ils sont redoutables. Vous voyez les caisses automatiques qu’il y a dans certains supermarchés. Eh bien les caméras sont capables de voir que l’on a oublié de scanner un objet de valeur.

Avant, les agents de sécurité devaient avoir les yeux partout. Maintenant, ce sont les caméras qui sont capables de comprendre ce qu’elles voient et de donner l’alerte toutes seules.

Big Brother est vraiment là.