Bientôt un vaccin contre les caries

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Une innovation qui va plaire à tous ceux qui ont peur d’aller chez le dentiste : un futur vaccin contre les caries.

Il sera bientôt possible de s’immuniser définitivement contre les caries.

Cela parait incroyable mais on prépare un vaccin anti-caries. Donc fini les plombages, la fraise et les amalgames. Il suffira d’un cachet ou d’une piqure et on sera protégé pour toujours.

Comment est-ce possible ?  Grâce à des chercheurs de l’Académie des Sciences Chinoise. Ils ont mis au point un mélange de protéines capable de stimuler les anticorps de la salive pour qu’ils neutralisent toutes les bactéries à l’origine des caries.

Ils l’ont testé sur des souris et des rats. Et les résultats ont été plus que concluants : on leur a donné beaucoup de sucres. Mais elles étaient comme immunisées.

Les détails de leurs travaux viennent tout juste d’être publiés dans la célèbre revue Scientific Reports. Donc on se dit, qu’il y a tout ce qu’il faut pour créer un vaccin ou une pilule anti-caries.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Que l’on n’aura plus besoin d’aller chez le dentiste ou de se brosser les dents ?

Non, quand même pas. Ce n’est pas parce que ses dents seront immunisées contre les caries qu’il ne faudra pas les brosser, ne serait-ce que pour l’haleine. Et puis, ce n’est pas très joli de sourire avec un morceau coincé entre les dents.

Donc non, cela ne remplacera pas la brosse à dents.

Cela ne remplacera pas non plus les dentistes, puisque l’on peut toujours avoir besoin de détartrage, de prévenir une gingivite ou de lutter contre la plaque dentaire.

Mais il est vrai que cela pourrait être un coup dur pour la profession. Aujourd’hui, plus de 90% des adultes ont eu au moins une carie. Donc si nous sommes immunisés, nous irons forcément moins chez le dentiste.

Il est prévu pour quand ce vaccin ?

Pas avant deux ou trois ans, c’est le minimum pour faire des essais cliniques sur l’homme avant une éventuelle commercialisation.

En attendant, mieux vaut donc continuer ses petites visites de contrôle chez le dentiste.

40 % des Français vont chez le dentiste au moins une fois par an.

Pour plus de détails, cliquez ici.