Alimentation : les super légumes "Crispeur"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Une innovation qui pose question ce matin. Pour la première fois, on vient de cultiver, récolter et manger des super légumes "Crispeur".

Qu’est-ce que c’est ?

CRISPR, c’est une nouvelle technique génétique révolutionnaire. Elle permet de supprimer, d’ajouter et de modifier de façon très précise n’importe quel gène.

 Elle permet de fabriquer des super légumes comme des concombres qui n’ont pas besoin d’insecticides, des champignons de Paris qui ne brunissent pas quand on les coupe, et pourquoi pas, demain, du blé qui pousse en plein désert.

Jusqu’ici, on ne produisait ces plantes qu’en laboratoire mais, les Suédois viennent de récolter leurs premiers choux ultrarésistants en plein champ. Preuve que la technique est désormais au point.

On parle de modification génétique, donc ce sont des OGM ?

 Tout dépend de ce qu’on entend par OGM. Jusqu’ici, la définition est très précise : c’est quand on prend un gène d’une espèce A et qu’on le met dans une espèce B pour obtenir une particularité, quand c’est transgénique.

Mais avec les légumes CRISPR, en revanche, on a supprimé ou ajouté des gènes qui existaient déjà. Donc leurs partisans considèrent la technique comme l’équivalent d’une mutation qui aurait pu avoir lieu dans la nature. C’est pourquoi ces légumes ne sont pas considérés comme des OGM aux Etats-Unis, en Suède ou en Allemagne.

Et en France ?

Ça fait débat en ce moment. Il y a évidemment ceux qui pensent que cela n’a rien à voir avec les OGM, que la technique est beaucoup plus précise donc beaucoup plus sûre. Mais d’autres considèrent qu’il s’agit d’OGM cachés, que l’on n’a pas assez de recul ni suffisamment de maîtrise de la technologie pour être certain qu’il n’y aura aucune conséquence sur l’homme sur les animaux ou sur l’écosystème.

Donc tout le monde attend une prise de position de la Commission Européenne. On devait l’avoir il y a quelques semaines, mais elle a été reportée sine die. Donc on n’a pas fini de parler du CRISPR.