AirSeas : une voile de cerf-volant pour tracter les gros cargots et réduire leur pollution

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Après les bateaux à voile, voici les bateaux à cerf-volant.

Un projet surprenant pour réduire la pollution des gros cargos des mers : les tracter avec une voile de cerf-volant.

Est-ce que vous connaissez le Kite-Surf ? On en voit de plus en plus sur les plages : c’est une planche de surf tractée par une voile, un énorme cerf-volant.

C’est le même principe que l’on veut appliquer aux gros porte-conteneurs actuels. Cela leur permettrait de couper les moteurs de temps en temps, de gros moteurs au fioul qui polluent énormément, et de n’utiliser que la force du vent.

Il faut se rendre compte que le transport maritime est responsable de 4 à 5 % des émissions de CO2. C’est-à-dire autant, si ce n’est plus que le transport routier.

Or utiliser une aile volante permettrait d’économiser jusqu’à 20% de carburant.

Ça veut dire qu’on pourrait avoir des Kite-Surfeurs copilotes sur les cargos ?

Ce serait une bonne idée. Mais pour tracter un bateau de 100.000 tonnes, il faut une aile de 1000 m², ce qui pourrait tirer un peu trop sur les bras.

Ce sera plutôt un ordinateur qui se chargera du pilotage : le décollage de l’aile, l’atterrissage et les fameux mouvements en huit pour obtenir la meilleure traction.

Ce sont les ingénieurs de la startup AirSeas qui sont à l’origine du projet. Ils sont français. Ils viennent de Toulouse. Leur premier prototype sera dévoilé dans les jours qui viennent. Et en 2019, ils devraient équiper les navires de fret utilisés par Airbus pour transporter son matériel. (En fait, les inventeurs sont des anciens d’Airbus avec qui ils ont gardé de bonnes relations).

Est-ce qu’on pourrait utiliser ce système pour autre chose que des cargos ?

Oui, parce que c’est une voile totalement autonome qui s’installe sur n’importe quel bateau à moteur.

Donc on peut très bien l’imaginer comme un système de traction complémentaire pour les bateaux de pêche, les ferrys ou les paquebots de croisière.

Ce serait le grand retour de la voile dans le transport maritime. Et surtout une bonne façon de réduire la pollution de tous ces vieux moteurs au fioul.