Le vainqueur de la primaire s’appelle Lionel Jospin

  • A
  • A
L'édito politique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Les candidats à la primaire de la gauche sont tous des enfants politiques de Lionel Jospin qui se disputent aujourd'hui son héritage.

La politique c’est un scoop que vous nous dévoile Antonin André ce matin. Il connait déjà le vainqueur de la primaire de la gauche, le plus fort c’est qu’Il n’est pas officiellement candidat mais il a déjà gagné.

Oui On le croyait retiré de la vie politique depuis le 21 avril 2002 mais Antonin André vous l’annonce, Lionel Jospin est le grand gagnant de la primaire de la gauche en 2017. D’abord rappelons-le, ce sont ses enfants qui s’affrontent. C’est lui qui les a élevés, qui les a biberonnés à la politique. Manuel Valls, responsable de la communication à Matignon de 1997 à 2002. Vincent Peillon, à cette époque, est porte-parole du PS et l’une des plumes attitrée de Lionel Jospin. Inséparable d’Arnaud Montebourg, jeune élu de Saône-et-Loire, qui décoiffe les  grands élus du parti à l’Assemblée. Même Benoît Hamon est dans la couveuse jospinienne, conseiller auprès de Martine Aubry au ministère du Travail. Les bébés ont grandi, et aujourd’hui ils se disputent l’héritage.

Quel héritage ? 1997-2002 ça paraît loin, qu’est-ce que les uns et les autres peuvent revendiquer des années Jospin ?

C’est en cela que Lionel Jospin est le vainqueur idéologique de cette primaire, non seulement il les a façonnés, mais tous se réclament de lui : Arnaud Montebourg multiplies les hommages à celui qui sut "unifier les gauches". Vincent Peillon cherche le point d’équilibre que Lionel Jospin avait trouvé entre les ailes droite et gauche du PS. Il le cite dans chacun de ses discours. Tout comme Manuel Valls qui a invoqué Jospin dans son discours de candidature à Evry et qui n’a eu de cesse de l’invoquer lorsqu’il était à Matignon. Benoît Hamon, avec ses 32 heures, renoue le fil à sa façon avec cette époque bénie de la gauche.

Jospin de retour mais le paradoxe c’est que Jospin à la présidentielle c’est synonyme de défaite pour la gauche.

Exactement Jospin est le grand vainqueur de cette primaire et c’est un drame annoncé pour la gauche. Lionel Jospin c’est le candidat qui efface la gauche au profit du FN au second tour de la présidentielle. Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’en invoquant Lionel Jospin, ses enfants démontrent leur incapacité à se renouveler, à se réinventer, à se tourner vers l’avenir, à faire preuve d’audace. L’avenir et l’audace les sympathisants de gauche vont les chercher ailleurs, chez Emmanuel Macron ou chez Jean-Luc Mélenchon. Les enfants terribles de Lionel Jospin risquent de connaître le même sort que leur papa : un retrait subit de la vie politique.