Alain Juppé est-il autant le candidat de la droite que du centre gauche ?

  • A
  • A
L'édito politique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Ce sont les votants de gauche et du centre qui pourraient faire basculer la primaire en faveur d'Alain Juppé.

La politique c’est le rôle décisif des électeurs de la gauche et du centre dans la primaire des Républicains. Ils peuvent faire basculer la victoire du côté d’Alain Juppé, ce qui ferait de lui le candidat à la présidentielle de la droite, du centre et du centre gauche.

95% des sympathisants du centre et 94% des sympathisants de gauche certains d’aller voter à la primaire choisissent Alain Juppé d’après le dernier sondage Ipsos. On comprend pourquoi Nicolas Sarkozy crie au hold-up. On comprend pourquoi Alain Juppé ouvre ses bras aux déçus de François Hollande. Chez les sympathisants de droite, les deux hommes sont à 50/50 et 52/48 chez les sympathisants FN en faveur de Nicolas Sarkozy. Donc la victoire ce sont bien les votants de gauche et du centre qui en seront les juges de paix. La question qui se posera alors pour Alain Juppé si l’hypothèse de sa victoire se réalise c’est quelle campagne présidentielle fera-t-il ?

La question c’est Juppé ira-t-il au bout de la logique en proposant un accord de gouvernement au centre et à une partie de la gauche pendant la campagne ?

Soyons concret : Alain Juppé proposera-t-il à François Bayrou de piloter la majorité en clair lui proposera-t-il Matignon ?  Bayrou, qu’une partie de la droite considère qu’il a trahi en appelant à voter Hollande en 2012. Alain Juppé tendra-t-il la main à certaines personnalités de gauche : Emmanuel Macron qui dit "avoir des convergences avec lui ?". Manuel Valls, l’homme de gauche qui aime l’entreprise, qui fut le premier a proposé de s’affranchir des 35 heures. Est-ce qu’il prendra ce  pari Alain Juppé ? Conduire une alliance droite, centre, centre gauche ? Ça ne s’est jamais en France, Nicolas Sarkozy a pratiqué les débauchages individuels, on parle là d’accord de gouvernement conclu avant le premier tour. Angela Merkel l’a fait en Allemagne avec le SPD, Alain Juppé aura la légitimité pour le faire mais en aura-t-il le courage et l’audace.