Xi Jinping, nouveau mandarin totalement indéboulonnable : sale temps pour les dissidents

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L’édito international est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Didier François revient chaque matin sur un évènement international au micro d'Europe 1 Bonjour.

Personne en Chine n'avait eu un tel pouvoir depuis la mort de Mao Tse Toung mais ce dimanche, le président Xi Jinping s'est vu offrir par les députés le droit exorbitant de rester président à vie.

Et le pire c'est que personne ou presque n'a osé moufter. Sur les 3.000 députés, seuls deux ont voté contre et trois se sont abstenus. Il faut espérer pour eux que le scrutin était vraiment à bulletins secrets.

Cette fois, c'est fait. Le président Xi Jinping a obtenu dimanche une réforme de la constitution chinoise qui lui permettra de se représenter autant de fois qu'il le souhaitera.

Effectivement, c’est un véritable coup d'État constitutionnel mené au pas de charge en moins de deux semaines. Le président chinois a présenté 21 amendements le 25 février dernier qui ont été approuvés dans la foulée par le Parti communiste lui-même entièrement passé sous son contrôle lors du dernier congrès, il y a deux mois. Ces 21 amendements ont donc été entériné ce week-end par l'Assemblée nationale populaire sans le moindre débat contradictoire. L'amendement le plus emblématique étant évidemment celui qui abolit la limitation du nombre de ses mandats à la tête de l'État. Il faut savoir que le président chinois ne pouvait se présenter que deux fois pour des périodes de cinq ans. C'était une décision prise en 1982 par Deng Xiaoping pour justement éviter justement tout retour à un régime dictatorial comme celui de Mao Tse Toung. Normalement, le président Xi Jinping aurait donc été obligé de se retirer du pouvoir en 2013. Désormais, plus rien ne lui interdit de se représenter une troisième fois, une quatrième fois voire même de se faire élire président à vie.

Et ce n'est pas le seul tour de vis que Xi Jinping inscrit dans la constitution chinoise ?

Absolument ! Il y a deux autres mesures qui sont particulièrement inquiétantes et qui montrent une nette crispation du régime. Il sera désormais inscrit dans l'article premier de la Constitution que le pays doit être dirigé par le Parti communiste. Plus que ça, il devra l'être en accordance avec la pensée de Xi Jinping. C'est du jamais vu parce que cela exclu juridiquement l'hypothèse que la Chine puisse un jour non seulement opter pour une quelque autre formation politique mais également pour une autre clique dirigeant au sein même du Parti communiste.

Ça sent nettement la purge cette histoire !

Oui et ça a commencé très fort. Les rares dissidents qui ont osé s'indigner ont été immédiatement accusés de menées anticonstitutionnelles. L'ancien prisonnier politique, Hu Jia, a été emmené par la police politique en vacances forcées, ça aussi c'est une nouveauté. Et vous imaginez la situation des pauvres militants pro-démocratie de Hong Kong qui dénoncent l'ouverture d'une nouvelle ère, celle de l'empereur Xi, et qui trouvent totalement pathétiques que sur une population 1,3 milliards personnes, seuls quelques individus aient osé ouvrir la bouche.