Nissan discute du rachat de la part de l'État dans Renault, Bercy dément

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Daniel Fortin fait le point sur une question d'actualité économique.

L’État  dément toute vente imminente de sa  participation dans Renault à Nissan, une information donnée hier par l’agence Reuters  qui a fait bondir de 5,6 % l’action du constructeur français qu’en est-il vraiment ?

Alors Reuters évoque des discussions engagées en vue d’une fusion à terme entre les deux groupes  et l’étape intermédiaire serait en effet le rachat par Nissan des 15 % que l’Etat français détient encore dans Renault, ce qui porterait au total à 30 % les parts du constructeur japonais chez son partenaire français je rappelle qu’en retour Renault possède aujourd’hui 43 % du capital de Nissan, donc les français resteraient encore majoritaires dans une alliance qui existe maintenant depuis près de 20 ans.

Mais est-ce que ce schéma est plausible ?

Alors pour l’instant vous l’avez dit il est démenti par les porte-parole de Renault-Nissan et par Bercy,  mais oui, la piste de la fusion, quelle que soit ses modalités,  est bel et bien étudiée, elle est maintenant évoquée ouvertement  par les différents partenaires alors que jusqu’ici le sujet était tabou pour préserver les fiertés nationales au Japon et en France, mais l’enjeu c’est bien la pérennité d’un partenariat qui a permis aux deux groupes de devenir ensemble le premier constructeur mondial devant Toyota avec plus de 10 millions de voitures produites, pas question de casser cette dynamique d’autant que l’artisan de ce succès Carlos Ghosn aujourd’hui âgé de 63 ans, va progressivement prendre du champ.