Médicaments anticancéreux : le gouvernement signent un accord avec les laboratoires pour limiter leur coût pour l’assurance maladie

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Daniel Fortin fait le point sur une question d'actualité économique.

C’est un événement important dans le domaine des  médicaments anticancéreux, le gouvernement vient de signer un accord avec les laboratoires fabricant deux molécules vedette en immunologie afin de limiter leur coût pour l’assurance maladie.

Ces deux médicaments ce sont l’Opdivo et le Keytruda, ,ils  sont aujourd’hui parmi les plus prometteurs pour combattre le cancer. Le problème c’est leur prix de 5.400 euros par mois pour un seul patient. Comme ils vont se développer, la facture va devenir intenable pour la Sécurité sociale. Le gouvernement a donc négocié  un plafond de dépenses avec les deux laboratoires fabricant. Elles seront  limitées à 600 millions d’euros par an ces dépenses, et si on dépasse, ce sont les laboratoires qui paieront de leur poche.

Et en quoi cet accord est-il exemplaire pour la suite ?

Il montre  la voie à suivre pour faire face à cet énorme bombe financière que sont les anticancéreux, un marché dont la valeur a doublé en l’espace de six ans. Les molécules sont de plus en plus chères parce qu’elle sont plus performantes mais aussi hélas parce qu’il y a de plus de cancers. Or, ce qu’a fait le gouvernement français c’est en quelque sorte acheter du temps. Il négocie un rabais sur la facture en attendant que la concurrence arrive avec de nouvelles molécules qui, espère-t-il, feront baisser les prix.