Loi sur l’alimentation : les distributeurs continueront de casser les prix

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Daniel Fortin fait le point sur une question d'actualité économique.

La future loi sur l’alimentation devrait coûter cinq milliards d’euros de pouvoir d’achat aux Français, selon une étude publiée hier par UFC Que Choisir, un chiffre qui parait contestable.

UFC a calculé que l’encadrement très strict des promotions dans les magasins prévu par cette nouvelle loi aurait un impact sur les prix qui repartiraient donc à la hausse, entre 0,7% et 2% selon les produits alimentaires visés, soit ce chiffre de cinq milliards ou encore 177 euros de surcoût par ménage. Le problème est que ce raisonnement suppose que les distributeurs ne trouveront pas le moyen de contourner ce nouveau texte, or c’est bien ce qu’ils vont faire.

Mais ça veut dire qu’ils continueront à casser les prix malgré l’interdiction ?

Effectivement mais ils le feront ailleurs que sur les promotions habituelles qui seront donc limitées. Pour continuer à attirer leurs clients dans leurs magasins, ils vont pratiquer ce que l’on appelle les prix bas tous les jours c’est-à-dire qu’ils vont choisir des produits  dits psychologiques, ceux que les consommateurs ont l’habitude d’acheter et pour lesquels ils ont des repères et ils vont imposer aux grande marques comme Nestlé ou Coca-Cola  de baisser leurs prix toute l’année. Carrefour a par exemple déjà annoncé des réductions annuelles de 15% sur certaines références et ce mouvement va continuer pour le plus grand profit des consommateurs.