L'héritage de François Hollande fragilise Emmanuel Macron

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

L’audit de la Cour des comptes sur les comptes publics français ne remet pas seulement en cause la gestion de François Hollande.

L'édito éco de Nicolas Barré, directeur de la rédaction des Echos. Bonjour Nicolas. L’audit de la Cour des comptes sur les comptes publics français. Audit publié hier. Il ne remet pas seulement en cause la gestion de François Hollande. Il fragilise aussi les promesses d’Emmanuel Macron.

Oui car une fois que l’on a constaté que les comptes laissés par François Hollande et Michel Sapin n’étaient pas sincères, les conséquences sont très lourdes pour la suite. Et si Emmanuel Macron ne veut pas continuer dans la même veine, il va falloir qu’il réalise de sérieux ajustements -c’est un euphémisme- par rapport à ses promesses de campagne.

C’est à dire ?

On ne peut plus, quand les comptes de la nation dérapent à ce point, continuer comme si de rien n’était. Les économies ? Emmanuel Macron en a promis 60 milliards sur le quinquennat. La sincérité, puisque le mot revient sans cesse dans le rapport de la Cour des comptes, oblige à dire que ça ne sera pas suffisant. Il va falloir faire plus, dire où et comment, sinon c’est lui qui sera accusé de ne pas être sincère dans la gestion des comptes. Il y a des pistes. La Cour des comptes a plein d’idées, toutes aussi désagréables : geler le point d’indice des fonctionnaires (deux milliards), geler les avancements (trois milliards), faire plus d’efforts sur les effectifs. Par exemple une hausse du temps de travail de 1% des fonctionnaires permettrait de réduire les effectifs de 36.500 et d’économiser près d’un milliard d’euros ! 

Emmanuel Macron va-t-il être obligé de modifier son programme ?

L’épreuve de vérité arrivera surtout l’année prochaine, oui, car c’est en 2018 que les bombes à retardement de l’équipe Hollande coûteront le plus cher. Notamment à cause du dérapage de la masse salariale de la fonction publique. Ce qui veut dire très concrètement que le programme fiscal d’Emmanuel Macron va devoir être revu. Je rappelle ses promesses: suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages, exonération de charge des heures supplémentaires, baisse de l’impôt sur les sociétés, réforme de l’ISF. Il va falloir faire le tri dans tout ça et renvoyer certaines de ces mesures à plus tard. Probablement l’ISF et la baisse de l’impôt sur les sociétés.