Les initiatives "décoiffantes" de Bruno Le Maire sur les seuils sociaux

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Pour retrouver la croissance et transformation des entreprises, le ministre de l'Économie a promis de réformer les seuils sociaux qui constituent aujourd'hui des charges qui s'alourdissent de plus en plus.

C’est un sujet tabou qui revient en boomerang sur le devant de la scène : les sociaux, cible favorite du patronat…

… Et du ministre de l’Economie Bruno Le Maire qui a promis des initiatives "décoiffantes", c’est son terme, à l’occasion de la grande loi qu’il prépare sur les entreprises. Le thème, c’est la croissance et la transformation des entreprises. L’un des moyens, c’est la réforme de ces fameux seuils sociaux. À chaque seuil, 10 salariés, puis 20, puis 50, des obligations et surtout des charges s’ajoutent. Au-delà de 10, il y a le versement transport et des cotisations supplémentaires pour la formation et l’apprentissage. C’est lourd. Au-delà de 20, il y a des cotisations logement qui s’ajoutent. Au-delà de 50, il y a une série d’obligations sociales en plus etc.

Et donc Bruno Le Maire veut revoir tout ça…

Oui et c’est explosif. Rien que l’idée d’ouvrir le dossier énerve les syndicats. Alors que peut-il faire de "décoiffant", Bruno Le Maire ? Le patronat a déjà des idées, doubler les seuils par exemple. Sauf que ça coûte cher, il faudra bien trouver ailleurs l’argent pour le versement transport ou la formation. Tout est affaire de méthode. La ministre du Travail Muriel Pénicaud a réussi, par la concertation, à faire passer des réformes importantes. Bruno Le Maire devra faire preuve du même doigté pour ne pas enflammer les syndicats sur ce sujet tabou. La barre est haute.