Les Français de nouveau champion d'Europe de l'épargne

  • A
  • A
L'édito économique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Malgré les taux d'intérêts qui sont très bas, les Français seront encore les champions européens de l'épargne en 2016.

C’est une tendance qui ne se dément pas les Français seront encore les champions européens de l’épargne en 2016, malgré les taux bas ils continuent à remplir leur bas de laine plutôt que de dépenser.

Oui les chiffres que nous donne la banque BPCE sont spectaculaires on en était déjà à 43 milliards d’euros mis de côté à la fin septembre, c’est une hausse de 10 % par rapport à 2015  on est vraiment dans le haut de la fourchette habituelle et c’est complétement illogique puisqu’on est en période de taux particulièrement bas donc compte tenu du niveau d’épargne qu’ils ont déjà atteint les Français auraient dû dépenser leur argent,  eh bien ils font exactement le contraire

Et le plus extraordinaire c’est qu’ils privilégient des placements qui ne rapportent vraiment plus rien du tout.

Oui on pourrait imaginer qu’ils aillent vers des produits à plus fort rendement comme les actions mais là encore non, les Français prennent la logique à contrepied ils continuent à privilégier des produits comme le Livret A qui rapportent 0,75 % aujourd’hui car c’est un placement liquide, facile à utiliser et on note même cette année un bond important des dépôts sur les comptes courants non rémunérés.

Mais qu’est-ce qui explique ce comportement a priori irrationnel ?

Eh bien en fait ça n’est pas si irrationnel que çà, il y a bien sûr une vraie aversion au risque chez l’épargnant français par rapport à d’autres pays comme les États-Unis par exemple mais il y a aussi une réflexion de long terme, nos compatriotes sont persuadés que dans l’avenir la protection sociale va se détériorer et donc qu’il faudra compter sur ses propres forces pour garantir sa retraite par exemple ou son assurance santé dont ils thésaurisent dans des produits classiques, alors ça peut faire sourire mais le problème c’est qu’on incite pas assez les Français à mettre leur argent dans les entreprises ou l’innovation qui elles en ont en ont vraiment besoin.