Le rebond spectaculaire des emplois à domicile

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Une des dépenses de François Hollande est en train de prouver son efficacité : le crédit d'impôt pour les particuliers employeurs.

L'édito éco avec Etienne Lefebvre, rédacteur en chef du journal "Les Echos". Bonjour Etienne, l’emploi à domicile connaît un rebond spectaculaire et vous nous dites qu’il faut dire merci à François Hollande.

Hé bien oui, on a beaucoup glosé sur l’héritage. Et notamment sur les ardoises budgétaires laissées par François Hollande. Mais une de ces dépenses est en train de prouver son efficacité. Il s’agit du crédit d’impôt pour les particuliers employeurs. Jusqu’à présent, les parents qui font travailler des nounous ou les personnes âgées qui ont une aide-ménagère n’avaient droit à une ristourne fiscale que s’ils payaient des impôts. Depuis le 1er janvier, tout le monde peut en bénéficier. Et les résultats n’ont pas traîné : les heures déclarées par les particuliers employeurs ont bondi au premier trimestre, après des années de crise. L’enjeu n’est pas négligeable, on compte 3,4 millions de particuliers qui emploient au total 1,5 million de salariés à domicile.

Si les besoins sont importants, pourquoi le secteur était-il en crise ?

La croissance de l’emploi à domicile a été spectaculaire pendant les années 2000, avec les facilités du chèque emploi service, le fameux cesu. Mais les plans de rigueur ont cassé la dynamique à partir de 2011. Hausse des cotisations, fin de la possibilité de déclarer au "forfait", crédit d’impôt plafonné. Tout y est passé. Résultat, de nombreux employeurs ont réduit le nombre d’heures. Ou ont carrément arrêté de les déclarer. Les droits des salariés ont baissé. Et les recettes escomptées n’ont pas été au rendez-vous. Constatant les dégâts, François Hollande a pris une première mesure, à savoir un abattement de cotisation de 2 euros sur chaque heure travaillée. Et le secteur a commencé à retrouver des couleurs.

Il est prêt à redécoller ?

Oui, mais à condition de ne pas commettre les mêmes erreurs. Un exemple : le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. La réforme est reportée à 2019 mais le problème demeure : attention de ne pas créer une usine à gaz pour les particuliers employeurs, sur le calcul de l’impôt de leurs salariés. Il faut au contraire continuer dans la voie de la simplification et des baisses de charges. Dans ce secteur, le travail au noir reste considérable. L’Etat a tout à gagner à diminuer les charges, parce qu’à l’arrivée, il y aura plus de travail déclaré et donc plus de cotisations.

 

 

L'édito éco. Merci Etienne Lefebvre.