La création d'emploi enregistre de bons chiffres depuis un an

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Près de 300.000 emplois ont été créés en France depuis un an et on peut vraiment parler de reprise solide de l’emploi

Mois après mois, la situation de l’emploi s’améliore. Près de 300.000 emplois ont été créés en France depuis un an. C'est l'édito éco de Nicolas Barré, directeur de la rédaction du journal Les Echos

On peut vraiment parler de reprise solide de l’emploi, c’est d’ailleurs l’adjectif utilisé à juste titre par l’Insee. Solide à double titre. D’abord par son ampleur : vous le savez, chaque année en France, environ 170.000 personnes arrivent sur le marché du travail. Donc il faut créer plus de 170.000 emplois pour que le chômage baisse : on est au-dessus et même très nettement.

Et puis solide aussi parce que 90% de ces créations d’emplois se sont produites dans le secteur privé. Ce qui veut dire tout de même qu’on a encore créé en un an près de 30.000 emplois dans la fonction publique, beaucoup dans les collectivités, très peu au niveau de l’État. Il y a clairement des efforts de gestion à faire dans la sphère publique mais vous comprenez bien qu’ils seront plus faciles à faire dès lors que l’emploi privé repart solidement.

Ces statistiques de l’emploi réservent aussi quelques surprises…

Oui l’emploi dans l’agriculture est reparti. C’est fragile, on le voit en ce moment avec la crise du lait qui repart, avec des prix trop bas pour s’en sortir. Néanmoins, 4.900 emplois nets ont été créés en un an dans l’agriculture. Je dis bien l’agriculture au sens strict. Pas l’industrie agro-alimentaire qui elle aussi a créé un peu d’emplois : 2.900 sur un an. C’est toutefois une des rares branches de l’industrie qui en crée car globalement l’industrie française a encore perdu près de 20.000 emplois depuis un an.

Ce qui explique pourquoi le chômage baisse moins qu’ailleurs…

Il va falloir encore beaucoup de trimestres de fortes créations d’emplois pour revenir dans la moyenne des pays avancés qui est de 7% de chômage. Or 7%, c’est l’objectif que s’est fixé Emmanuel Macron pour… la fin de son quinquennat (on est à près de 10% aujourd’hui), alors que les autres pays de l’OCDE y sont déjà et qu’un tiers sont même à moins de 5%. Cinq ans - si tout va bien - pour arriver là où les autres pays sont déjà : c’est vous dire le chemin qui reste à parcourir !