EPR finlandais : un fiasco industriel, un scandale d’État et un désastre financier

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

Le fiasco est monumental : la France a enfin soldé son litige avec la Finlande pour la construction d’un EPR qui aura coûté une fortune aux contribuables.

Fiasco industriel, scandale d’État et désastre financier : tout y est ! Cet EPR finlandais devait être la vitrine technologique de la France. Quand Areva a signé ce contrat avec la Finlande en 2003, le champion du nucléaire s’était engagé à livrer un réacteur de nouvelle génération "clé en main" pour 2,2 milliards d’euros. C’était le "contrat du siècle". Sauf que l’EPR n’existait alors que sur plan, il n’avait jamais été construit et Areva n’avait aucune expérience pour mener un projet de cette envergure. Résultat, une facture finale monumentale de 10 milliards d’euros.

À la charge pour l’essentiel des contribuables français ?

Oui car ce fiasco a mis Areva en quasi-faillite, le groupe a dû être sauvé par l’État. Si les Finlandais ont de l’électricité demain, c’est grâce aux contribuables Français. Certes, tout n’est pas perdu car la technologie de l’EPR a été adoptée en Chine où deux réacteurs vont entrer en service dans les mois qui viennent. Un autre est en cours d’achèvement à Flamanville dans la Manche (il aura coûté presqu’aussi cher qu’en Finlande) et deux voire quatre autres vont être construits au Royaume Uni. Mais les contribuables auront payé au prix fort les dérives de l’EPR, sans qu’aucun responsable au sein de l’État ni à la tête d’Areva n’aient été véritablement inquiétés.