Emploi : Des centaines de milliers de recrutements sont abandonnés faute de candidats

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Une étude de Pôle emploi révèle que cette année, entre 200.000 et 330.000 budgétés par les entreprises, ont dû être abandonnés faute de candidats.

Ce sont des chiffres qui vont faire du bruit : bien que la croissance reparte, des centaines de milliers de recrutements sont abandonnés faute de candidats.

Oui une étude de Pôle emploi que nous publions révèle que cette année, entre 200.000 et 330.000 recrutements prévus, budgétés par les entreprises, ont dû être tout simplement abandonnés faute de candidats qui auraient fait l’affaire. Plusieurs raisons expliquent qu’une entreprise qui a prévu d’embaucher y renonce finalement : soit parce qu’elle voulait un profil présentant plus d’expérience, plus de métier, plus de compétence, une plus grande motivation etc. Il reste que ces chiffres sont considérables. Il faut rapporter ces 200 à 300.000 recrutements abandonnés aux 215.000 créations d’emplois enregistrées l’an dernier. Notre économie aurait pu créer environ deux fois plus d’emplois si les entreprises n’avaient pas renoncé à une bonne partie des embauches prévues faute de candidats.

Est-ce que cela signifie que les employeurs sont trop exigeants ?

Ça peut arriver : en période de crise, on recrute plus facilement des personnes sur-qualifiées, on voit arriver des CV incroyables. Et donc quand ça va mieux, certains employeurs restent sur les mêmes niveaux d’exigence. Mais en réalité le fond du problème est ailleurs : c’est le manque de compétence. Plus il y a du chômage de longue durée comme en France, plus les compétences se perdent. Et puis il y a un énorme sujet de formation : le gouvernement prévoit d’investir près de 15 milliards pour cela. Sans cette remise à niveau, la France risque de laisser passer des marchés, des contrats, de la croissance. C’est LE chantier de la ministre du Travail pour les mois et même années qui viennent.