Cuivre : la tempête qui menace l’un des plus importants marchés mondiaux

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Les cours du cuivre ont flambé de 20% en trois mois, en cause une grève qui menace la plus grande mine du monde.

C’est une vraie tempête qui menace l’un des plus importants marchés mondiaux, celui du cuivre, les cours de ce métal ont flambé de 20% en trois mois, en cause une grève qui menace la plus grande mine du monde.

Oui elle est située au Chili cette mine, très exactement à Escondida dans le désert d’Atacama et elle représente à elle seule 5% de la production mondiale, les ouvriers qui y travaillent ont décidé de se mettre en grève parce qu’ils s’estiment pas assez payés, le problème c’est que le propriétaire, le géant minier BHP Billiton, ne veut rien entendre parce que même si l’usine s’arrête, ça fait aussitôt monter les cours donc il s’y retrouvera financièrement

Bon c’est très bien Daniel mais en quoi ça nous concerne nous cette possible grève ?

Eh bien si vous avez un peu d’argent à placer, achetez du cuivre, alors ça va vous coûter cher bien sûr 5.400 euros la tonne au cours actuel mais ça pourrait vite monter à plus de 6000 euros selon les analystes car ce métal c’est peut-être l’or de demain pour une raison toute simple c’est l’arrivée massive de la voiture électrique, elles seront bourrées de cuivre, dans les batteries bien sûr mais aussi dans les câbles ou  dans les moteurs, tous les groupes miniers misent sur un formidable boom de la consommation de cuivre dans les années qui viennent et je peux vous garantir que ça va donner lieu à une belle foire d’empoigne.

Le métal va devenir ou redevenir un enjeu géopolitique ?

C’est tout à fait ça, il suffit de voir ce que font les chinois ils rachètent à tour de bras des mines de cuivre et pas seulement pour spéculer, mais aussi pour alimenter leurs propres besoins et la leçon de tout ça c’est qu’on avait un peu vite enterré les matières premières ces dernières années, ce que l’on voit avec cette grève du cuivre qui menace, c’est que ceux qui les détiennent ont encore un vrai pouvoir sur l’économie mondiale.