Brexit, ça peut marcher : pour Michel Barnier, négociateur en chef de l’Union européenne, on pourrait arriver à un accord !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

Un accord sur le Brexit est-il possible dès la semaine prochaine ? Le négociateur européen Michel Barnier veut le croire et il a fait tout pour.

Il ne manque pas grand-chose. Les derniers points de blocage sont à Londres ou plutôt entre les mains des 10 députés du petit parti unioniste nord-irlandais, le DUP. Leurs 10 voix représentent pile ce qui manque à Theresa May pour avoir une majorité au Parlement. Alors ils en profitent. Ils pérorent à Bruxelles devant les médias du monde entier. Ils bloquent sur un point clé : ils ne veulent rien qui ressemble, même de très loin, à un début de frontière physique entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne. Or il faudra bien un minimum de contrôles le jour où le Royaume Uni ne fera plus partie de l’Union européenne.

Le sujet est technique mais surtout symbolique.

Exactement. Si ce n’était qu’un sujet technique, on y serait. Vous savez, l’Europe a fait beaucoup de concessions pour que le commerce physique entre le Royaume-Uni et l’Union reste fluide : c’est ce que demandent les milieux économiques. Mais on voit bien qu’on est dans le symbole. Un seul exemple : même de simples contrôles consistant à scanner des codes-barres sur des camions, les dix députés nord-irlandais n’en veulent pas, ils auraient l’impression d’être séparés du reste du Royaume-Uni. La vérité est qu’un accord sur le Brexit est à portée de mains. Et que le Royaume-Uni, qui avait son mot à dire en Europe, est sur le point de perdre un levier d’influence considérable. Mais ça, il est trop tard pour s’en rendre compte.