Aux Etats-Unis, les "malls" ne font plus recette

  • A
  • A
L'édito économique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Plusieurs grandes enseignes ont annoncé la fermeture de nombreux magasins alors que la fréquentation des malls est en baisse.

Bilan mitigé pour les soldes, il y a quand même eu du monde dans les magasins, dans les centres commerciaux, notamment. Ce qui n'est pas vraiment le cas aux Etats-Unis. Les "malls", ces centres géants, n'ont plus la cote. Le phénomène n'est pas nouveau mais il prend de l'ampleur. Nouveau signe de cette désaffection - le départ de grandes enseignes, très connues outre Atlantique...

Trois grandes chaines de magasins ont annoncé qu'elles allaient fermer des centaines de boutiques : Macy's, JC penney et Sears. Des marques qu'on pourrait comparer aux Galeries Lafayette pour Macy's, à C&A ou Kiabi pour les deux autres, mais a l'échelle des Etats-Unis bien sûr, c'est à dire en dix fois plus gros. Ces enseignes ce sont elles qui attirent les clients dans les centres commerciaux. Si elles partent et bien c'est le début de la fin, les clients viennent moins, les autres boutiques ferment à leur tour et on se retrouve avec des centre commerciaux totalement déserts. Tapez "dead mall" sur Internet, vous verrez ces cimetières de "malls". Alors certains arrivent à se reconvertir en bureaux ou en parcs d'attraction, mais ils sont de plus en plus nombreux à finir en ruine.

Mais ces temples du shopping c'était le symbole du mode de vie américain quand nous étions enfants, qu'est ce qui explique cet effondrement du modèle ?

Et bien Internet. La nouvelle génération préfère acheter sur ordinateur, sur tablette, et même de plus en plus sur téléphone portable. On fait ses courses en ligne à la plage, plutôt que de s'enfermer dans des magasins géants. La crise de 2008 a aussi amplifié le phénomène. Alors que les portes monnaies se vident, Internet propose des prix cassés. Les magasins n'arrivent pas à suivre. Les charges ne sont pas les mêmes. En dix ans, Amazon est devenu le numéro 1 du commerce mondial tandis que les boutiques se vident. A tel point qu'on parle aujourd'hui de "dé-commercialisation", comme on a parlé à une époque de désindustrialisation.

Et alors est ce que les centres commerciaux français subissent le même sort ?

Et bien ça commence oui pour certains. Alors on a pas autant de centres commerciaux totalement à l'abandon, mais certains commencent à se vider. Parce que les m² sont loués trop cher. Parce que le secteur de l'habillement souffre. En France aussi, les chaines de magasin ferment des boutiques. On le voit avec toutes ces marques qui ont fait la Une de l'actualité ces derniers mois (La Halle, André, Tati).

Les chaines qui résistent réfléchissent justement, à revoir leur stratégie. C'est ce que m'expliquait un spécialiste du secteur : l'idée c'est de ne plus mettre un magasin dans chacun des 3/4 centres commerciaux de la ville. Mais d'en choisir un seul. Et puis éventuellement de remettre un magasin en centre-ville. Et ça c'est une grosse différence avec les Etats-Unis. Le centre-ville (la mairie, son clocher) c'est une histoire française que les américains n'ont pas. De gros efforts sont fait actuellement pour faire revivre nos centres-villes qui agonisent justement depuis l'essor des centres commerciaux...

Alors c'est long, ça ne marche pas toujours, mais c'est dans l'air l'air du temps, ça va avec les Français qui ne veulent plus prendre leur voiture pour aller au supermarché avec l'essor des marchés bio et des circuits courts. On achète ce qui est produit dans la région. Bref en France, certes nos centres commerciaux souffrent mais ça pourrait redonner un peu d'oxygène a nos centre-ville.