VIDEO - Loi Macron, d'Ormesson : l'actu en 30 secondes

  • A
  • A
    l'actu en 30 secondes est une chronique de l'émission Europe 1 Matin
    Partagez sur :

    ANTISÈCHE - Quelles sont les infos à ne pas rater aujourd'hui ? Chaque jour la rédaction d'Europe 1.fr vous propose sa sélection.

    Loi Macron / 49.3
    Bis repetita à l'Assemblée mardi après-midi. Manuel Valls va engager mardi la responsabilité du gouvernement pour permettre l'adoption sans vote en nouvelle lecture du projet de loi Macron, pressé d'en finir avec un texte qui continue de diviser à gauche. "Le Premier ministre restera le fossoyeur de sa propre majorité", a réagi sur Europe 1 le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Christian Jacob.

    Voir l'interview intégrale de Christian Jacob sur Europe 1


    Nasser al Wouhaïchi
    Avant l'attaque contre le djihadiste Mokhtar Belmokhtar en Libye, les Etats-Unisavaient pris pour cible Nasser al-Wahishi, numéro deux d'Al-Qaïda et dirigeant de safranchise au Yémen, selon des informations révélées lundi soir par le Washington Post. Après des révélations de la télévision américaine CNN, l'organisation a confirmé la mort de son chef dans une vidéo mardi matin. Nasser Al-Wahishi a été "tué dans une attaque drone américaine qui l'a visé ainsi que deux autres moujahidine", indique un membre du groupe terroriste dans une vidéo postée sur Youtube par son organisme de propagande.
    Toutes les explications sur Europe1.fr


    Jean d'Ormesson

    L'académicien fête ses 90 ans. "Il y a une formule que je récuse tout à fait c'est : "c'était mieux avant". Ce n'était pas mieux avant, ça a toujours été très difficile", a affirmé l'académicien, interrogé sur Europe 1 à l'occasion de son anniversaire. "Nous avons connu, grâce à l'Europe, 30, 40, 50 années de paix et quand je pense à ma jeunesse, quand j'avais 10 ans ou 15 ans, c'était bien plus difficile", a-t-il ajouté. "Il fallait choisir entre Hitler et Staline, ça n'était pas gai", a-t-il rappelé. 
    Interview à retrouver sur Europe1.fr


    Parlement européen

    Le groupe de Marine Le Pen se fera sans Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch. Avant même la tenue des européennes, Marine Le Pen ne rêvait que de ça : constituer un groupe au parlement de Strasbourg afin d’avoir les moyens de peser dans l’Hémicycle. Pourtant, malgré le succès éclatant de son parti dans les urnes, la patronne du FN n'avait, jusqu'ici, jamais réussi à fédérer d'autres élus européens d'extrême-droite autour d'elle. C'est désormais chose faite.

    Les explications d'Europe 1