Le journal de la Coupe du monde - Les Russes appréhendent les débuts de leur équipe

  • A
  • A
Le journal de la Coupe du monde est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La Coupe du monde 2018 en Russie comme si vous y étiez ! La rédaction d'Europe 1 vous donne les dernières informations sur le terrain et en dehors. 

La Coupe du monde 2018 débute jeudi soir avec le match du pays hôte : Russie - Arabie Saoudite. Mais les Russes ne sont pas du tout optimistes quant aux chances de leur équipe... ils en ont même honte!

Cela peut paraître étonnant mais bon nombre de Russes préféreraient, fierté oblige, que leur équipe ne dispute pas la compétition tant les récents résultats de l'équipe russe sont affligeants. "Quel dommage que nous accueillons le mondial avec la pire équipe que nous ayons jamais eu", a même lancé un commentateur à la télévision. Il faut dire que la Sbornaya est l'équipe engagée la plus mal classée au classement Fifa. Elle n'est que 70ème et n'a pas remporté un seul match depuis le début de l'année.

Pour l'équipe de France, J-2 avant le premier match. Ce sera samedi midi face à l'Australie et l'on pourrait avoir de grosses surprises concernant la composition des Bleus.

D'après le journal L'Equipe, Didier Deschamps s'apprête à faire des choix forts si l'on en croit la mise en place effectuée mercredi à l'entrainement. Principale surprise, le "soldat" Matuidi pourrait être sacrifié au profit de Corentin Tolisso, très bon lors de ses dernières apparitions. Les autres changements attendus concernent les latéraux. À droite., Benjamain Pavard devrait être préféré à Djibril Sidibé et enfin à gauche, c'est Lucas Hernandez qui devrait être titulaire à la place de Benjamin Mendy. Le sélectionneur pourrait donc aligner équipe très jeune, très peu expérimentée, puisque seulement trois joueurs dans ce onze ont plus de 25 ans.

On termine Julien avec l'équipe d'Espagne, qui a un nouveau sélectionneur depuis mercredi.

Conséquence du limogeage rocambolesque de Julen Lopetegui, exfiltré de la Roja manu militari après avoir annoncé qu'il entraînerait le Real Madrid à l'issue de la Coupe du monde. Du coup, c'est l'ancien défenseur Fernando Hierro qui reprend, au pied levé, les rênes de la sélection espagnole.