Tour de France : la Suisse à l'honneur

  • A
  • A
Humeurs du tour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La Suisse accueille mercredi la 17e étape du Tour. Un petit pays de vélo qui a toutefois donné naissance à deux immenses coureurs.

Après une journée de repos sur le vélo pour les coureurs du Tour, mardi, il est temps d'attaquer les Alpes et les cinq dernières étapes de la Grande Boucle édition 2016. Mercredi, pour la 17e étape allant de Berne au sommet de Finhaut-Émosson, les équipes du Tour courront uniquement en Suisse. Un petit pays de vélo, mais qui a déjà vu deux grands champions, Ferdi Kübler et Hugo Koblet. Eric Fottorino, consultant d'Europe 1 durant les trois semaines de Tour, nous raconte leur histoire. 

Ferdi Kübler, "l'homme cheval". "Dans les années 1950, le premier grand champion suisse était Ferdi Kübler, qui est d'ailleurs le doyen des vainqueurs du Tour vivants, puisqu'il a aujourd'hui 96 ans. Ferdi Kübler était un attaquant, un combattant fantasque et assez attachant. On l'appelait le 'fou pédalant' mais aussi 'l'homme-cheval' car au moment de porter des attaques, il hennissait littéralement sur la route", raconte Eric Fottorino dans la matinale d'Europe 1. "Kübler a été le premier Suisse à gagner le Tour en 1950, mais il est surtout connu pour un fait marquant en 1955. Sur l'étape du Mont Ventoux, il attaque très tôt dans la montée. L'ancien coureur Raphaël Geminiani lui dit alors que le Mont Ventoux n'est pas un sommet comme les autres. Kübler répond : 'mais Ferdi pas coureur comme les autres'. Kübler perdra finalement l'étape cette année là, lui qui représente le cyclisme suisse avec un titre de champion du monde, deux titres sur la Flèche wallone et sur Liège-Bastogne-Liège."

Hugo Koblet, le "pédaleur de charme". "Vainqueur du Giro, le tour d'Italie, du Tour de Suisse, mais surtout du Tour de France en 1951, Hugo Koblet s'était fait remarquer dans l'étape reliant Brive à Agen, avec 135 kilomètres d'échappée au bout de laquelle il a gagné l'étape, et après avoir franchi la ligne d'arrivée, Koblet avait déclenché son chrono et sorti un peigne pour se recoiffer. Un véritable ange du vélo au destin tragique puisqu'il s'est tué en voiture en 1964 en heurtant un arbre à l'âge de 39 ans".