Derrière les JO de 2024, une union nationale un peu irrationnelle

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Hélène Jouan vous parle politique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Jeudi, la France se réveille avec l'organisation des Jeux de 2024 en poche. La conséquence d'une volonté politique composite, inhabituelle et tournée vers le rayonnement français, explique Hélène Jouan, cheffe du service politique d'Europe 1.

Mercredi, c'était un festival de superlatifs. "Formidable opportunité pour accompagner la transformation de notre pays" pour Emmanuel Macron, un "moment historique" selon Anne Hidalgo, "chance pour plusieurs générations", estime François Hollande… Mais que se passe-t-il ? A-t-on remarché sur la Lune ? Mieux, a-t-on éradiqué la pauvreté en France ? Non, notre pays a juste gagné l’organisation des Jeux olympiques dans 7 ans, en 2024 et l’union nationale est de retour.

Un unanimisme pas toujours de mise. En conséquence, il est presque de mauvais goût de rappeler que cet unanimisme n’a pas toujours été de mise. Anne Hidalgo a franchement renâclé quand François Hollande, qui avait peut-être une petite idée dernière la tête pour un éventuel second mandat, a tenté de lui forcer la main dès novembre 2014 en l’enjoignant de se lancer dans une telle aventure.

Le jour de son investiture, Emmanuel Macron avait dû subir le discours aigre-doux de la maire de Paris lors de sa réception à l’hôtel de Ville où elle lui intimait l’ordre à son tour de se jeter dans la bataille. Ce n’était pas le jour de lui dire ce qu’il devait faire, mais pas question de s’en tenir à ces petites vexations. Dans la foulée, le nouveau chef de l'État reçut à l’Elysée tous les ambassadeurs de la candidature française : sourires, selfies, photo où toutes les mains mélangées font le sigle de la tour Eiffel… C’est beau comme une famille recomposée. Tout est effacé.

Rêve de grandeur. L'origine de cette union nationale n'est pas forcément celle que l'on croit. On pourrait y voir la marque de calculs politiciens des uns et des autres, qui pour sa ville, qui pour sa région, qui pour son pays et sa réélection. Mais ce serait leur dénier un rêve de grandeur que chaque politique porte en lui. Ce rêve, c'est celui de voir la France rayonner dans le monde entier, car c’est le monde entier que l’on invite chez nous. À venir nous découvrir tels que nous aimerions être : beaux, attractifs, modernes, optimistes. C’est aussi l’espoir de voir notre pays s’unir dans une cohésion nationale heureuse et festive. Souvenez-vous de la Coupe du monde de football en 1998, quand on a vécu ces dernières années des moments dramatiques qui nous ont poussé à une cohésion nationale plus triste et défensive.

Les JO 2024, c’est un rêve de dépassement des contingences de la réalité quotidienne des politiques, un rêve de transformation de notre pays, un rêve de grandeur retrouvée. Un brin irrationnel, mais ça fait tellement de bien. Il reste à faire partager ce rêve à tout un pays.