Radicalisation islamique : un enjeu pour Macron et sa politique de ville

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique d'Hélène Jouan est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La radicalisation islamiste est devenue un enjeu pour la politique de la ville, que le président de la République s’est engagé à relancer.

"Si on ne fait rien, on aura aux prochaines municipales de 2020 des listes communautaires partout, avec la charia en étendard !" La formule, provocatrice est à l’image de son auteur, Jean-Louis Borloo. Il a été chargé par Emmanuel Macron de réfléchir à la refonte de la politique de la Ville. Il lui remettra son rapport le 20 avril prochain.

Des quartiers oubliés. Le "Monsieur Cohésion sociale" de Jacques Chirac est l’auteur d’un vaste plan de rénovation des quartiers, lancé au début des années 2000. Il comprenait des milliers de logements détruits, reconstruits ou rénovés. "Le plus gros chantier de l’histoire de France", plus important que ce que fit Haussmann en son temps, affirmait-il. Et il juge aujourd'hui que, depuis 2005, cette ambition d’apporter de puissants correctifs aux quartiers les plus enclavés, les plus déshérités, s’est enlisée. On dénombre toujours trois fois moins de crèches dans ces quartiers qu’au niveau national. On déplore toujours 50% de jeunes sans formation ni travail, et encore un tiers de femmes seulement détentrices du permis de conduire. Les autres ne sortent donc jamais de leur cité.

Ozanam, illustration du problème. Il n’est pas question de verser ici dans les "excuses sociales", celles dénoncées par Laurent Wauquiez. Rien n’excuse, rien ne justifie l’acte du terroriste à Trèbes. Mais comme d’autres avant lui, il vient précisément d’une de ces périphéries de villes moyennes ou grandes qu’on trouve partout en France. Ozanam, ancien quartier sensible de Carcassonne, a fait l’objet d’une réhabilitation urbaine, mais tout est resté en chemin.

Les raisons qui peuvent expliquer le problème. Pourquoi ça se passe là ? Pourquoi, ne voit-on rien là de la lente radicalisation qui gangrène une partie de la jeunesse ? Par manque d’ambition de l’Etat, qui continue de faire affluer dans ces quartiers ceux qu’on appelle "les nouveaux venus de la République" : les réfugiés, les migrants, les plus pauvres. Par une accumulation de petits renoncements, comme ces maires qui ne versent plus de subventions aux dernières associations de quartier. De petits arrangements aussi, au nom de la paix sociale ou de gains électoraux. Dans leur livre La Communauté, les journalistes Raphaelle Bacqué et Ariane Chemin racontent comment, à Trappes, un maire socialiste a conquis la mairie au prix de cette compromission avec les Frères musulmans. 

L'inquiétude des élus. Aujourd'hui, des élus et des acteurs sociaux de terrain crient leur désarroi. En 2005, au moment des émeutes dans les banlieues, on pouvait encore considérer que les jeunes de ces quartiers clamaient leur colère de ne pas être considérés comme des Français. Désormais, ils constatent qu'ils ne veulent plus être Français. La relance de la politique de la Ville ne réglera pas tout de la gangrène islamiste qui s’est installée. Mais sans elle, le résultat est acquis d’avance. Ce sera pire demain.